top of page

Une plus grande efficience ne profite que partiellement au climat

C'est l'un des mantras de notre époque : nous devons être plus efficaces ! La production d'une voiture, le service dans un restaurant, l'entraînement quotidien, la consommation d'énergie pour le chauffage : si l'on parvient à être plus efficace, on est plus performant, on a plus de succès, on économise de l'argent et, en plus, on est heureux.



Ion Karagounis analyse l'efficience

Une question de perspective


L'efficience nous aide-t-elle vraiment à obtenir un meilleur résultat ?

La réponse est évidemment non.

Tant qu'il s'agit de technique, l'efficience peut être mesurée, et même assez précisément. Combien d'énergie faut-il à un mixeur pour battre un décilitre de crème en chantilly ? Le mixeur qui consomme moins d'énergie est plus efficace. Dès qu'il s'agit d'efficience économique, c'est-à-dire lorsque la question des coûts s'y ajoute, l'efficience devient relative - elle devient une question de perspective.


Suis-je un entrepreneur et il s'agit des coûts de mon entreprise ou est-ce que je me place du point de vue de l'économie nationale et que j'essaie de rendre l'économie d'un pays plus efficace dans son ensemble ?

Une entreprise est performante lorsqu'elle réduit ses coûts. Pour ce faire, elle rationalise et automatise les processus de travail, réduit les volumes de stockage et fait appel à des fournisseurs moins chers. C'est normal, on ne peut pas en vouloir à une entreprise.


Tout aussi important : l'entreprise externalise une partie de ses coûts à la collectivité (voir aussi notre article sur la thématique). Il s'agit notamment des coûts de santé, lorsque de plus en plus d'employés sont absents pour cause de maladies liées au stress, ou des coûts environnementaux, lorsque la production pollue les sols, les eaux et l'air. Ce qui est efficace du point de vue de l'économie d'entreprise est une charge pour la collectivité. De nombreuses décisions seraient complètement différentes si l'on adoptait un point de vue supérieur.

En ce qui concerne l'environnement, la recherche de l'efficience économique engendre de nombreuses absurdités. Nous connaissons tous l'exemple des denrées alimentaires qui sont transportées à travers la moitié du monde. Il y a les tomates cultivées en Chine et transformées en concentré de tomates en Italie, ou les noix de cajou cueillies en Afrique et transportées en Asie avant d'arriver en Europe. Et ce uniquement parce que l'industrie mise en place au Vietnam transforme les noix à moindre coût que toutes les autres.

Les forces du marché ne sont pas des constantes de la nature


Ce n'est évidemment pas une bonne solution pour l'environnement, car les transports sur de longues distances - le plus souvent par des bateaux ou des camions fonctionnant au diesel - polluent énormément. Certes, nous rêvons volontiers de solutions gagnant-gagnant qui profiteraient à la fois à l'économie et à l'écologie. Mais en réalité, c'est souvent le contraire qui se produit.

Chaque fois qu'une telle folie est rendue publique, on réclame des restrictions. "C'est le jeu des forces du marché", argumentent les défenseurs de la libre économie de marché en haussant les épaules, "elles veillent à ce que la solution la plus efficace économiquement soit choisie. On ne devrait pas s'en mêler". Ils se trompent : contrairement à l'efficience technique ou écologique, l'efficience économique n'est ni donnée par Dieu ni soumise à des lois naturelles immuables. Elle est malléable. Selon le cadre réglementaire, les forces du marché, et donc l'efficience économique, évoluent dans une autre direction.

Revenons aux noix de cajou : Si l'on introduisait, comme le demandent depuis longtemps les économistes et les écologistes, une taxe CO₂ sur le diesel des bateaux, le transport sur les mers du monde deviendrait soudain massivement plus cher. Après leur récolte en Afrique, les noix voyageraient directement vers l'Europe en respectant l'environnement, car ce chemin serait désormais le plus efficace économiquement.

Pour en arriver là, la politique est nécessaire. Elle seule peut faire en sorte que les règles du jeu changent. Il est évident que nos politiciens ont du mal à changer les conditions-cadres - nous préférons nous fier aux mesures techniques. Celles-ci nous ont permis d'obtenir de bons résultats au cours des dernières décennies : nous avons réduit la consommation d'eau des machines à laver ou la consommation d'électricité pour l'éclairage. Nous avons réduit les émissions polluantes des usines d'incinération des ordures ménagères, tout comme les émissions de carbone organique volatil lors de la fabrication de peintures ou l'utilisation de pesticides nocifs dans l'agriculture.

Nous optimisons la deuxième meilleure solution

Malgré tout, la question se pose : investissons-nous dans les bonnes solutions ? Malheureusement, il faut se rendre à l'évidence : Nous sommes des professionnels de l'optimisation de la deuxième meilleure solution. Au lieu d'éviter les déchets, nous optimisons les technologies d'incinération et notre système de recyclage. Au lieu d'isoler les maisons, nous optimisons nos brûleurs à mazout et notre gestion de la température dans les bâtiments avec des techniques de mesure et de régulation coûteuses.

Au cours des dernières décennies, nous avons tenté désespérément de réduire la consommation de carburant et donc les émissions de dioxyde de carbone de nos voitures à combustion. Les succès sont modestes, car dans le même temps, nos voitures sont devenues de plus en plus lourdes. Lorsque Volkswagen a lancé la première Golf sur le marché en 1974, elle pesait entre 790 et 930 kilos et consommait environ 9 à 10 litres d'essence aux cent kilomètres. La Golf actuelle pèse entre 1255 et 1555 kilogrammes et consomme entre 4,5 et 7,3 litres. Ses émissions de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru se situent toujours entre la moitié et les deux tiers de celles du modèle d'origine - et ce après cinquante ans de développement !

Tout cela est bien maigre et ne résoudra pas nos problèmes environnementaux. Pour reprendre les mots de l'économiste américain Peter F. Drucker, "Rien n'est moins efficace que de rendre plus efficace quelque chose qui ne devrait pas être fait du tout".

Un moteur à combustion émettra toujours du dioxyde de carbone, même s'il devient plus efficace. Nous ne résoudrons le problème du climat que si nous passons entièrement aux véhicules électriques et si nous les alimentons en électricité renouvelable. Ceux-ci ont un autre avantage : leur rendement est plus élevé que celui des moteurs à essence. Ils transforment en mouvement environ 65% de l'énergie initialement dépensée, contre un pitoyable 20% pour le moteur à combustion.

Les véhicules électriques sont encore loin d'être la fin de la réflexion: ce sont les moyens de transport de masse, comme les bus ou les véhicules ferroviaires, ainsi que le vélo, qui sont vraiment efficients en termes de consommation d'environnement et de ressources.

De grands bonds restent possibles

Nous, les humains, aimons espérer les grandes inventions qui nous débarrasseront de tous nos problèmes. De grands bonds sont en effet possibles, mais uniquement si nous choisissons des approches globales et systémiques qui vont bien au-delà des mesures purement techniques.

L'efficience technique reste importante. Elle trouve sa place là où nous gaspillons aujourd'hui manifestement des ressources et de l'énergie. Pensons à la myriade de bâtiments en Suisse qui ne sont toujours pas isolés. De même, il est généralement prometteur d'améliorer l'efficience de technologies encore jeunes. Les batteries en font partie. On s'attend à ce que leur densité énergétique double au cours des dix prochaines années environ - pour pouvoir parcourir la même distance avec une voiture, elles devraient être deux fois moins lourdes. Il est en outre judicieux d'augmenter l'efficience technique si cela permet de renoncer à de nouvelles constructions d'infrastructures : Il est préférable de réduire la consommation d'eau dans un bassin versant par des mesures techniques plutôt que de construire à grands frais de nouvelles stations de pompage des eaux souterraines et des conduites d'alimentation.

Ma conclusion : premièrement, les efforts visant à améliorer l'efficience ne suffiront pas à résoudre la crise du climat et de la biodiversité. Deuxièmement, l'efficience a sa place dans la recherche de solutions, mais la priorité doit être donnée aux approches globales et systémiques.

Le prochain article de blog sera publié en octobre.

Une version plus détaillée de cet article est disponible ici.


Conseil de lecture : dans le nouveau roman «Was wir hinterlassen» de Ion Karagounis, les protagonistes se disputent à propos de la société de consommation, de la crise climatique et de nombreux autres problèmes auxquels les gens sont actuellement confrontés.


Publié jusqu'à présent sur le blog Rethink :



45 vues0 commentaire

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page