top of page

Qu'est-ce qui est le mieux : l'initiative personnelle ou les directives de l'Etat?

La question revient régulièrement sur le tapis : à qui revient-il de veiller à l'environnement et de mettre en œuvre les mesures de protection correspondantes ?


À chacun d'entre nous, à l'économie et aux entreprises ou aux pouvoirs publics et à la politique ?


La réponse permet généralement de déduire l'orientation politique de la personne qui répond. Les milieux de tendance bourgeoise misent plutôt sur la responsabilité de l'individu, tandis que ceux de gauche considèrent que l'État est responsable.

D'un point de vue environnemental, il n'y a qu'une seule réponse : tous les acteurs sont nécessaires. Toutefois, chacun de ces acteurs a un rôle précis qu'il est lui-même le mieux à même de remplir. Il vaut mieux ne pas lui attribuer d'autres tâches, car cela risque de mal tourner ou d'être peu efficace.



Quel rôle pour qui ?


Le rôle de la politique est de fixer les conditions-cadres, de telle sorte que les actions respectueuses de l'environnement soient soutenues et que les actions nuisibles à l'environnement soient réduites ou, de préférence, supprimées. Cela comprend les interdictions classiques, mais aussi des instruments de contrôle financiers. Prenons un exemple : en Suisse, il existe environ 160 types différents de subventions qui conduisent à des activités nuisibles à la nature et à la biodiversité. Une réduction de ces subventions - par exemple dans l'agriculture - permettrait de ralentir la destruction de la biodiversité.


Les pouvoirs publics (administration) peuvent jouer un rôle de précurseur. Ils disposent d'un tel pouvoir économique qu'ils peuvent activement provoquer des changements. Ainsi, le volume d'achat des pouvoirs publics s'élève à environ 40 milliards de francs par an, soit 5 % du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse.


Chaque produit que nous consommons passe tôt ou tard entre les mains d'une entreprise. Il est donc évident que les entreprises sont les principales responsables du caractère écologique ou non de la production. "Nous ne faisons que ce que les clients nous demandent" n'est qu'une excuse pour ne pas assumer ses responsabilités. Il incombe également aux entreprises, en collaboration avec la recherche, de développer des techniques et des processus nouveaux et respectueux de l'environnement et de les amener à maturité pour la production.


L'individu a un rôle central à jouer, car le fonctionnement de notre société et de notre économie repose sur l'initiative des individus. Que ce soit dans une entreprise ou en politique, ce sont toujours des individus ou des groupes d'individus (une direction, un parlement) qui décident chaque jour dans quelle mesure leur entreprise ou la politique agit de manière écologique ou non. En outre, les individus font pression sur l'économie et la politique pour qu'elles modifient leur offre et leur comportement : par le biais de référendums, de manifestations ou encore en tant que consommateurs (rares sont les restaurants qui peuvent se permettre aujourd'hui de ne proposer que des plats de viande).


Néanmoins, l'effet direct de l'action des individus ne doit pas être surestimé. Elle atteint très vite ses limites. Cela nous amène à la question - beaucoup plus intéressante - de savoir quelles attributions de rôles ne fonctionnent pas, et surtout pourquoi elles ne fonctionnent pas.

Tout ce qui ne fonctionne pas


Un individu ne peut réduire qu'une petite partie de l'impact environnemental qu'il génère en modifiant lui-même son comportement. Une étude réalisée en France en 2019 a montré que les changements de comportement individuels ne peuvent contribuer qu'à environ un quart de la réduction des émissions de gaz ayant un impact sur le climat - nécessaire d'ici 2050 (https://www.carbone4.com/publication-faire-sa-part).


La part beaucoup plus importante de la réduction, soit les trois quarts, doit passer par des actions collectives comme la décarbonisation de l'industrie ou de l'agriculture.

En outre, de nombreuses raisons empêchent les individus d'exploiter le potentiel théoriquement disponible. Il s'agit notamment d'incitations financières mal définies (les aliments bio sont plus chers que ceux produits de manière conventionnelle) ou d'un effort excessif pour adopter un comportement écologique (il est beaucoup plus facile de réserver un billet d'avion de Zurich à Londres sur Internet qu'un billet de train).


Le manque d'engagement est un autre point. Il est plus facile pour quelqu'un de faire quelque chose si d'autres doivent également le faire. Le Coronavirus l'a clairement démontré : lorsque, dans la phase initiale, le port du masque était simplement recommandé, presque personne ne le portait alors que lorsqu'il est devenu obligatoire, la situation s'est renversée en quelques jours.


Même si l'on reconnaît la nécessité de prendre des mesures en faveur de l'environnement, la plupart des entreprises continuent de baser leurs décisions sur les coûts. La pression de la concurrence les y contraint. Les entreprises n'agiront en faveur de l'environnement que si cela leur permet de réduire les coûts ou si elles y sont contraintes par des lois et des interdictions claires.


Cela appelle des directives politiques claires. Cependant, si l'introduction de directives plus strictes (par ex. l'introduction ou l'augmentation de taxes environnementales) est sans cesse retardée ou édulcorée politiquement, les entreprises manquent de sécurité dans leur planification et renoncent à prendre de nouvelles mesures en faveur de l'environnement.


Ce qui a été dit jusqu'à présent appelle un rôle fort du législateur, c'est-à-dire de l'administration et de la politique - mais là aussi, les pièges sont nombreux. Si l'État réglemente trop, il limite l'initiative privée et l'esprit d'innovation. Une règle d'or : l'État doit fixer des objectifs, mais pas prescrire les méthodes à utiliser pour atteindre un objectif (d'autres règles sont disponibles dans cet article).

Le paradoxe de l'efficacité et de l'acceptation des mesures


La situation est encore compliquée par le fait que la politique est un acteur aussi faible que possible. Elle est à la merci du paradoxe de l'efficacité et de l'acceptation : moins une mesure est efficace et contraignante, plus elle est acceptée. Presque personne ne s'oppose aux campagnes en faveur des économies d'énergie ou de la collecte séparée des piles. Elles coûtent peu et on peut les ignorer sans craindre de conséquences.


À l'autre bout de l'échelle, on trouve les instruments de l'économie de marché, comme la taxe CO2 sur les combustibles et les carburants. Ils sont extrêmement efficaces - personne ne les conteste. Jusqu'à présent, peu de pays ont pu se résoudre politiquement à les introduire. Là où cela s'est malgré tout produit, les taux choisis pour les taxes sont si bas que cela ne fait vraiment mal à personne. L'abandon rapide des émissions de CO2 tant espéré se fait donc attendre. La Suisse connaît certes depuis longtemps une taxe sur le CO2 avec des taux tout à fait remarquables - mais l'ensemble du trafic motorisé en est toujours exclu, car l'acceptation politique fait défaut.



Ma conclusion : premièrement, la protection de la biodiversité et du climat est une tâche collective, tout comme la garantie de la prévoyance vieillesse ou la formation. Elle ne peut pas être confiée uniquement à l'individu. Deuxièmement, l'initiative privée et entrepreneuriale est importante lorsqu'il s'agit de développer et de mettre en œuvre des mesures. La tâche de la politique est d'aménager les conditions-cadres de manière à ce que les actions respectueuses de l'environnement des particuliers et des entreprises soient encouragées et non pas entravées.


Le prochain article de blog abordera la question de savoir pourquoi nous devrions accorder plus d'attention aux conséquences sociales des mesures de protection de l'environnement.


Des commentaires? N'hésitez pas à les envoyer à ion.karagounis@wwf.ch ou à sur le compte LinkedIn


Publié jusqu'à présent sur le blog Rethink :



Sources (internes)















92 vues0 commentaire

Bình luận

Đã xếp hạng 0/5 sao.
Chưa có xếp hạng

Thêm điểm xếp hạng
bottom of page