top of page

Changement social grâce aux innovations en matière de durabilité

Par Stephanie Moser et Christoph Bader du Centre pour le développement et l'environnement de l'Université de Berne.



Dans cet article, nous démontrons que les initiatives de durabilité de la société civile contribuent de manière importante au changement vers une société durable. Ceci en expérimentant de nouvelles idées et en proposant des alternatives aux modèles de consommation et de production habituels.

Un changement social est urgent, non seulement pour une protection efficace du climat et l’environnement, mais aussi pour s'attaquer à d'autres problèmes de durabilité, tels que les inégalités mondiales.


Mais par où commencer ? Le comportement des consommateurs doit-il changer en premier ou avons-nous d'abord besoin d'incitations, de règles et de lois efficaces ?

Avant de se sentir désespérer devant cette question de l'œuf et de la poule, il peut être utile de se représenter les changements sociaux comme un processus complexe dans lequel différents sous-systèmes sociaux changent simultanément à plusieurs niveaux et de manière coordonnée.


La recherche sur les transitions sociotechniques vers la durabilité utilise souvent le modèle à plusieurs niveaux, qui fournit ici un cadre de réflexion.


Le modèle multiniveau de la recherche sur la durabilité sociotechnique comprend trois niveaux : le "paysage" (niveau 3), le "régime" (niveau 2) et la "niche" (niveau 1).



Le modèle à plusieurs niveaux de la recherche en durabilité socio-technique.

Source de l'image : EEA. (2018). Perspectives sur les transitions vers la durabilité (Publication n° 25/2017 ; Rapport de l'AEE). https://www.eea.europa.eu/publications/perspectives-on-transitions-to-sustainability


Le point de départ : penser et expérimenter de nouvelles solutions


Selon ce cadre de pensées, le changement social résulte de l'expérimentation et de l'essai de nouvelles idées, appelées innovations, dans des niches sociales. Par innovations, on pense classiquement à de nouvelles solutions technologiques. Mais de nouvelles variantes de produits, de services, de modèles commerciaux, de formes de collaboration ainsi que de styles de consommation et de vie plus durables commencent également à voir le jour.


C'est ce qui se passe lorsque des personnes engagées se réunissent dans le cadre d'initiatives de durabilité de la société civile pour essayer de nouvelles choses.

Des alternatives attrayantes aux options de consommation actuelles sont nées ces dernières années, du moins dans les régions urbaines : des Repair Cafés, des magasins sans emballage, des coopératives d'énergie, des bourses d'échange de vêtements, des systèmes de location de vélos et les projets d'agriculture contractuelle.


Défier les systèmes de consommation et de production habituels


L'important est de penser et d'expérimenter des alternatives aux modèles de consommation et de production établis, afin de mettre en route des processus d'apprentissage sociaux. Les exemples réussis prennent de l'ampleur et trouvent des imitateurs qui reprennent l'idée initiale et la développent. Peu à peu, une certaine normalisation s'opère, des normes et des meilleures pratiques se forment. Cela favorise encore plus la diffusion, jusqu'à ce que la nouvelle idée devienne soudainement une concurrence sérieuse à la variante de consommation qui prévalait jusqu'alors. Même si cela ne peut pas être prouvé empiriquement, on peut supposer que les magasins sans emballage ont contribué à une plus grande prise de conscience sociale de la problématique du plastique.


Cette prise de conscience a non seulement contraint les grands distributeurs à repenser leurs pratiques, mais elle a également favorisé l'acceptation par la société d'une interdiction des plastiques à usage unique dans toute l'UE. De même, le boom actuel de la construction d'installations solaires, déclenché par la crise énergétique, serait difficile à maîtriser s'il n'existait pas déjà de nombreuses coopératives énergétiques qui ont testé et affiné au préalable différentes variantes - de l'autoconstruction à la location de surfaces de toitures en passant par l'allocation d'énergie commune.


Ces exemples illustrent bien la situation : un changement social est une interaction entre les événements sociaux majeurs (comme par exemple la crise énergétique, niveau 3 dans le modèle multiniveaux) et les activités de niche (initiatives qui expérimentent des innovations, niveau 1 dans le modèle multiniveaux), afin de briser les modèles de consommation, les systèmes d'incitation et les lois dominants (les systèmes de consommation et de production non durables dominants, niveau 2) et de les pousser vers une conception plus durable.


Et les personnes derrière tout ça ?


Du point de vue du modèle à plusieurs niveaux, nous ne sommes pas tous de simples consommateurs passifs, mais nous avons un rôle actif à jouer dans le changement social. Et ce, en nous engageant dans la nouveauté, en nous associant à des personnes partageant les mêmes idées, en imaginant et en expérimentant des alternatives.

Toutes les initiatives ne réussiront pas à percer. Si l'on comprend le processus de recherche et d'apprentissage de la société dont nous avons besoin pour changer, l'échec est également une expérience importante dont les autres peuvent tirer des enseignements. L'échec et la reprise en main sont toujours préférables à l'inaction.

D’autres documents sur le sujet :

  • Le modèle à plusieurs niveaux de la recherche sociotechnique sur la durabilité comprend les trois niveaux "paysage" (niveau 3), "régime" (niveau 2) et "niche" niveau 1. L'état actuel de la recherche dans ce domaine est résumé de manière claire dans cet article de Frank W. Geels (EN) : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1877343519300375


  • Dans cet article, nous fournissons des informations supplémentaires sur des exemples d'initiatives de durabilité prometteuses et sur les défis qu'elles rencontrent pour sortir de leur niche et s'intégrer dans la société (DE) : https://www.youtube.com/watch?v=9lwMHTG8TGI&t=9s






Publié jusqu'à présent sur le blog Rethink :



49 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page