Série "Rethink now": Le rôle de la technologie

Il existe de nombreuses bonnes solutions techniques pour la protection de l'environnement - pourquoi ne les utilisons-nous pas ?


Les mesures visant à éviter la crise climatique et à protéger la biodiversité peuvent être divisées, grosso modo, en approches technologiques et en modifications du comportement humain (suffisance).


Dans le cas des mesures techniques, l'augmentation de l'efficacité est au premier plan : une certaine prestation est fournie avec moins d'énergie et de ressources, par exemple en isolant un bâtiment et en utilisant ainsi moins d'énergie de chauffage. S'y ajoute la cohérence : elle consiste à fournir une prestation donnée de manière plus écologique, c'est-à-dire à chauffer le bâtiment avec des énergies renouvelables plutôt qu'avec du pétrole. La suffisance, en revanche, vise à se contenter de moins de prestations. Pour rester dans l'exemple du logement : en réduisant la température ambiante ou en déménageant d'un grand appartement à un plus petit, on diminue en même temps ses besoins en énergie.



De nombreuses personnes espèrent que les approches technologiques nous permettront de résoudre autant que possible tous les problèmes environnementaux, car les changements de comportement sont laborieux et prennent donc beaucoup de temps - souvent des générations entières. D'autres, en revanche, sont convaincus que des changements de comportement sont nécessaires, car nous n'atteindrons jamais nos objectifs avec les seules approches technologiques.


Qu'est-ce qui est juste ? Quelle proportion de l’une et de l’autre avons-nous besoin ?

Il n'y a pas de réponse claire, car en fin de compte, les différentes approches s’influencent mutuellement. Il est clair que des approches techniques peuvent contribuer de manière substantielle à la résolution de problèmes. Un rapport récemment publié par Rethink, un think tank américain, affirme par exemple que les technologies connues aujourd'hui permettent de réaliser plus de 85% des réductions de gaz à effet de serre nécessaires. Pour 42% des réductions visées, les technologies sont déjà sur le marché et pour 45% supplémentaires, elles sont sur le point d'être commercialisées. Seuls 13% des émissions nécessitent encore des recherches approfondies.


Cela peut paraître optimiste, mais d'autres études, comme la revue Drawdown, arrivent à la même conclusion : nous savons aujourd'hui ce que nous devons faire pour éviter la crise climatique. Et les solutions techniques peuvent y contribuer dans une large mesure.

Mais si tout est déjà presque là : pourquoi les émissions de gaz à effet de serre continuent-elles d'augmenter ? Pourquoi continuons-nous à consommer plus d'énergie et de ressources ? Deux effets importants empêchent jusqu'à présent les approches technologiques d'apporter le succès escompté : le piège de l'efficacité et l'effet de verrouillage.


Le piège de l'efficacité : les nouvelles technologies promettent d'être plus efficaces que les technologies traditionnelles : elles nécessitent moins d'énergie, moins de matériaux ou moins de temps de travail pour fournir le même produit ou service. Si elles ne l'étaient pas, elles ne pourraient pas s'imposer sur le marché. Le résultat ? L'offre devient moins chère et davantage de personnes peuvent se l'offrir. Une production et une consommation accrues annulent les économies d'énergie et de matériaux. L'environnement profite donc moins que prévu, voire pas du tout, de l'augmentation de l'efficacité.


Que pouvons-nous faire contre le piège de l'efficacité ? Devenir encore plus efficace ? Cela ne suffira pas. C'est comme tourner dans la roue du hamster. Nous tournons toujours plus vite au lieu de ralentir. La seule chose qui fonctionne, c'est d'appuyer sur le frein en même temps. Par exemple, en limitant artificiellement la disponibilité des ressources critiques ou en augmentant leur prix. Nous faisons déjà ces deux choses aujourd'hui avec le système européen d'échange de quotas d'émission de CO2 ou avec la taxe suisse sur le CO2 appliquée aux combustibles. Les budgets de ressources, que nous avons présentés dans notre dernier article de blog, constituent une autre possibilité.


L'effet de verrouillage : on entend souvent dire que les forces du marché assurent d'elles-mêmes la transition vers les nouvelles technologies, et l'on cite des exemples comme le triomphe des smartphones. Mais dans le cas des technologies clés pour faire face à la crise climatique, les forces du marché ne fonctionnent pas, ou du moins pas assez vite.

La faute en revient à l'effet de verrouillage. Ce terme décrit l'attachement étroit du client à certains produits, services ou fournisseurs. Il est difficile d'en changer parce que le changement est compliqué et coûteux. Nous savons tous qu'il existe quelque part un abonnement de téléphonie mobile qui serait moins cher ou offrirait de meilleures prestations que celui que nous avons actuellement - mais comparer les prix chaque année, résilier à temps l'abonnement existant, faire transférer le numéro et ainsi de suite... c'est trop compliqué pour la plupart des gens.

Les mêmes mécanismes jouent pour la protection du climat : il existe d'innombrables facteurs qui ralentissent et empêchent le passage aux nouvelles technologies. Cela a à voir avec l'habitude, la commodité et souvent aussi avec les coûts.


L'effet de verrouillage est particulièrement prononcé pour les infrastructures qui ont été construites pendant des décennies et qui pourraient encore être en service pendant longtemps. Les évincer est une tâche exigeante. Nous disposons par exemple d'un réseau performant de stations-service. Il semble donc peu intéressant de mettre en place en parallèle un système de recharge pour les voitures électriques, ce qui réduirait la rentabilité du réseau existant.


Que pouvons-nous faire contre l'effet de verrouillage ? Nous devons activement jeter les anciennes technologies par-dessus bord. Faire un peu de promotion de l'innovation et de la technologie et attendre que le marché fasse le nécessaire prend beaucoup trop de temps. Il n'y a qu'une chose à faire : améliorer le cadre politique pour l'utilisation des nouvelles technologies. Il existe suffisamment d'instruments pour cela. La politique de droite peut privilégier les incitations de l'économie de marché - taxes sur les émissions, échange de certificats, rabais fiscaux - tandis que la politique de gauche privilégie les subventions et les interdictions - plus de chauffage au mazout ni de moteurs à essence. Cela ne vaut pas la peine de discuter longtemps, nous aurons besoin des deux.


Ma conclusion : premièrement, de nombreuses solutions technologiques sont disponibles depuis longtemps, mais elles ne sont pas assez utilisées. Deuxièmement, le plus grand obstacle réside dans les conditions-cadres défavorables. Nous devons les modifier pour que les gens passent plus rapidement à de nouvelles solutions.

Le prochain blog portera sur les limites planétaires et plus particulièrement sur la manière de déterminer, en tant qu'individu ou entreprise, si l'on respecte ou non les limites planétaires. Il paraîtra le début juin.

 

Lire plus sur le sujet: Es ist machbar. Warum tun wir es dann nicht? Das Magazin, 9.4.2022


Des commentaires sur cet article ? Volontiers à ion.karagounis@wwf.ch ou via https://www.linkedin.com/in/ion-karagounis-1a623a173/


Publié jusqu'à présent dans le blog Rethink:

Une économie dans les limites planétaires avec des budgets de ressources

Que se passerait-il si mon entreprise cessait de croître ?

La résilience - un concept à la mode sous la loupe