Qu'est-ce que le bonheur ?

Heureux ou riche - qu'est-ce qui aide le plus l'environnement ?


A part le fait que nous aimerions tous vivre continuellement dans le bonheur, pourquoi devrions nous, en tant qu'écologistes, nous intéresser particulièrement au bonheur?





Nous avons développé deux hypothèses et une conclusion :


  • Premièrement, les personnes qui gagnent plus ou qui ont une plus grande fortune ont un impact plus important sur l'environnement que les personnes qui ont moins d'argent.

  • Deuxièmement, plus une personne gagne d'argent, plus elle est heureuse, mais - et c'est important - seulement jusqu'à un certain niveau. Si cette personne gagne de l'argent au-delà de ce seuil, elle ne sera plus heureuse.


La conclusion est donc la suivante : l'environnement se portera mieux si nous parvenons à rendre le plus grand nombre possible de personnes heureuses, et non pas le plus grand nombre possible de personnes riches.


Est-ce réellement vrai ?


La première hypothèse est bien étayée par différentes études et chiffres.

Ainsi, le 10% des personnes les plus riches sont responsables de plus de la moitié des émissions mondiales de CO2.

Le pourcentage le plus riche génère plus d'émissions de CO2 que le 50% de la population mondiale la plus pauvre.


La situation est similaire en ce qui concerne la consommation mondiale d'énergie.

Selon les prévisions, celle-ci sera d'environ un tiers plus élevée en 2040 qu'aujourd'hui.

80 % de sa croissance est attribuée à une plus grande prospérité.

Seulement un cinquième découle d'autres facteurs tels que l'augmentation de la population.

La deuxième hypothèse est plus difficile.


La question qui se pose alors est la suivante : est-il correct de parler de bonheur ? Devrions nous plutôt parler de satisfaction ou de bien-être ? Le bonheur est un sentiment éphémère, quelque chose qui va et vient, tandis que la satisfaction ou le bien-être peuvent être des états plus durables, vers lesquels on peut tendre si certaines conditions sont remplies.

La recherche identifie très bien ce qu'il faut pour être heureux ou satisfait, ou pour se sentir bien :

  • la santé

  • de bons amis

  • une vie professionnelle épanouie ou une charge de travail modérée en font partie (voir liens complémentaires ci-dessous).

Venons en maintenant au cœur de l'hypothèse : existe-t-il un niveau de revenu à partir duquel nous sommes plus heureux ? Nous avons longtemps supposé qu'il en existait un.

Nous avons également calculé une limite qui se situe approximativement à un revenu annuel de 60 000 euros.

Tout ce que nous produisons et consommons au-delà de ce seuil, en particulier dans les pays riches, n'augmente plus notre satisfaction.

En d'autres termes, nous épuisons les ressources et nuisons à l'environnement sans en tirer aucun bénéfice.

Des recherches récentes semblent montrer que tout cela n'est pas si simple.

En bref, gagner encore plus peut rendre plus heureux, mais ce n'est pas nécessairement le cas (pour plus de liens, voir ci-dessous).

Cela nous amène à l'objectif que nous devrions - à mon avis - poursuivre en tant que société et économie : Permettre au plus grand nombre de personnes possible d'organiser leur vie de manière à ce qu'elles en soient satisfaites, qu'elles se sentent bien et qu'elles aient une sécurité (matérielle).

La priorité n'est pas donnée à l'augmentation unilatérale de la performance économique (un produit intérieur brut plus élevé chaque année), ni à la maximisation des revenus et de la fortune, mais à de nombreux autres facteurs.

En allemand, on parle souvent de l'objectif de " glücklichen Leben für Alle " ("Une vie heureuse pour tous").

De mon point de vue, l'expression anglaise "a wellbeing economy", une économie qui place le bien-être des personnes au centre de ses préoccupations, est plus appropriée.

Plusieurs pays suivent déjà ces approches dans leur politique, par exemple la Nouvelle-Zélande ou le Pays de Galles.

Ma conclusion :

  • Premièrement : parce qu'il existe des liens directs et indirects entre la pollution de l'environnement, la consommation, le revenu, la fortune ainsi que le sentiment de bonheur, la protection de l'environnement doit également s'occuper des questions de bonheur.

  • Deuxièmement : si les gens peuvent constater que leur satisfaction n'augmente pas avec une consommation supplémentaire, mais grâce à des valeurs immatérielles comme l'amitié, la communauté, la découverte de la nature ou une activité professionnelle épanouissante mais modérée, ils contribuent automatiquement à la protection de l'environnement.

Le prochain blog abordera la question de savoir s'il est possible de dissocier la croissance économique de la pollution de l'environnement.

Pour en savoir plus sur la définition du bonheur, de la satisfaction et du bien-être :

https://www.evidero.de/macht-glueck-gluecklich

https://www.seniohilfe.de/unterschied-glueck-und-zufriedenheit

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonheur

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bien-%C3%AAtre

En savoir plus sur le lien entre revenu et bonheur :

https://karrierebibel.de/macht-geld-gluecklich/

https://www.geo.de/wissen/gesundheit/23838-rtkl-gluecksforschung-studie-belegt-ein-sehr-hohes-einkommen-macht-noch

https://www.spektrum.de/news/zufriedenheit-geld-schlaegt-sinn/2000572

Pour en savoir plus sur la réduction du temps de travail rémunéré et ses effets (positifs) sur la santé, l'environnement et la société :

https://www.cde.unibe.ch/forschung/cde_reihen/wir_brauchen_grundsaetzlich_eine_andere_art_des_wirtschaftens/index_ger.html

https://money.howstuffworks.com/four-day-workweek.htm

Des commentaires sur cet article ? N'hésitez pas à les envoyer à ion.karagounis@wwf.ch ou sur LinkedIn