top of page

Avec Prozirkula, les achats sont circulaires

Prozirkula est un jeune centre de compétence bâlois qui s'engage en faveur de l'économie circulaire dans les marchés publics. Grâce à leur expertise, ils aident les responsables des achats à trouver des solutions circulaires et à faire ainsi progresser l'économie circulaire dans les marchés publics


Miriam Kaufmann - responsable de projet Achats circulaires - a répondu à nos questions.


L'équipe pour les achats circulaires

Miriam et Antonia de Prozirkula


Qui est Prozirkula et que faites-vous ?


Nous sommes une jeune entreprise qui aide les acheteurs publics à acheter de manière circulaire. Pour ce faire, nous les accompagnons dans des appels d'offres concrets dans tous les secteurs et nous formons les acheteurs. Notre objectif est de stimuler l'offre de solutions circulaires par le biais de la demande et d'accélérer la transition vers l'économie circulaire.


Comment se déroule exactement le processus d'achat public ?


Tout commence par l'expression des besoins. Celle-ci est traduite en un appel d'offres qui est ensuite publié et évalué. Notre tâche consiste à formuler des questions :


  • Les produits mis au rebut peuvent-ils être réutilisés ou réutilisés ?

  • Pourrais-je simplement louer un produit au lieu de l'acheter ?

  • En tant que service de la demande, voulons-nous savoir ce que le fournisseur fait avec les produits lorsque nous n'en avons plus besoin ?


Les réponses à ces questions sont intégrées dans l'appel d'offres sous forme de critères. Il s'agit ensuite d'évaluer les réponses à l'appel d'offres.


Nous soutenons souvent ce processus à nouveau avec nos "lunettes d'économie circulaire". Nous sommes également impliqués dans les discussions avec les fournisseurs, par exemple pour expliquer à l'adjudicataire les exigences et la logique derrière les critères de circularité. Cela doit former le marché et le rendre apte à l'économie circulaire.


Dans quelle mesure les marchés publics en Suisse sont-ils aujourd'hui compatibles avec le cycle ?


L'achat public circulaire en Suisse en est encore à ses débuts. Depuis que les bases juridiques pour les marchés publics en Suisse ont été révisées et sont entrées en vigueur le 1er janvier 2021, les services d'achat ont une plus grande marge de manœuvre dans les appels d'offres : Ils sont invités à mettre davantage l'accent sur la qualité et à acheter de manière durable sur le plan économique, écologique et social.


Cela signifie un changement de paradigme dans le domaine des achats.

Jusqu'à présent, on considérait comme un acheteur efficace celui qui pouvait se procurer le produit souhaité à temps et au meilleur prix possible.

Désormais, les achats doivent également contribuer à atteindre les objectifs de l'organisation en matière de CO2 et à respecter les normes sociales.

Ce changement nécessite un soutien, notamment de la part de la direction de l'organisation.


Comment soutenez-vous concrètement les pouvoirs publics ?


De manière pragmatique et orientée vers l'application - du moins nous l'espérons (rire).

Ce qui nous importe, c'est la mise en œuvre, car c'est la seule façon d'obtenir un effet.

Pour ce faire, nous avons besoin en premier lieu de "bricoler" : Comment traduire au mieux une idée en un critère d'appel d'offres évaluable ou comment intégrer les ambitions d'économie circulaire dans l'appel d'offres.


Nous formons les organisations, parfois "seulement" l'unité d'achat, mais parfois aussi les demandeurs et le top management - c'est ainsi qu'a lieu la sensibilisation.

Nous encourageons également la compréhension mutuelle et l'échange entre l'offre et la demande, par exemple par le biais de tables rondes.

Notre objectif est d’accélérer le changement en mettant à disposition des connaissances et des bonnes pratiques sur notre site web et dans nos newsletters.


Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes régulièrement confrontés?

Adopter une nouvelle façon de penser et transformer les processus est difficile et prend du temps. Or, nous n'avons pratiquement plus de temps pour passer, en tant que société, à un mode de vie durable.


Il est difficile de trouver un équilibre entre l'exigence du changement et la compréhension des modèles de pensée profondément ancrés.


De nombreuses parties prenantes sont impliquées :


  • les responsables des besoins

  • les responsables des achats

  • les juristes

  • les fournisseurs, etc.


ont tous leurs propres agendas et idées.


Nous sommes conscients de ces défis structurels, mais nous sommes convaincus qu'ensemble, nous pouvons atteindre notre objectif. C'est pourquoi nous mettons l'accent sur le fait de "commencer" et d'amener petit à petit sur le marché une demande accrue de solutions adaptées au cycle de vie.


Il est possible de commencer petit, avec deux ou trois critères de circularité qui sont pondérés à 20% dans les critères d'attribution* ou en communiquant ses ambitions en matière d'économie circulaire et en les partageant avec les fournisseurs actuels et futurs.


Chaque mesure mise en œuvre est une expérience précieuse de plus pour l'adjudicateur et pour le marché qui doit apprendre à réagir à ces nouvelles exigences.



* Les critères d'attribution sont les critères facultatifs d'un appel d'offres public. Cela signifie qu'ils ne conduisent pas à l'exclusion des soumissionnaires s'ils ne sont pas respectés, mais qu'ils sont tout de même pris en compte dans l'évaluation des offres.


Comment définissez-vous le succès ? Et quels succès avez-vous déjà pu fêter ?

Pour nous, le succès est au rendez-vous lorsque les acheteurs publics commencent à poser systématiquement des questions sur l'économie circulaire. Cela incitera le marché à développer des solutions adaptées au recyclage. Nous avons déjà eu l'occasion d'accompagner de nombreux appels d'offres et de former de futurs acheteurs et organisations.


Nous sommes particulièrement heureux de pouvoir également accompagner une organisation qui se fixe des objectifs à long terme en matière d'économie circulaire et qui intègre les KLW dans sa stratégie et dans les KPI de ses collaborateurs. Une mise en œuvre aussi cohérente est géniale et nous motive beaucoup.


Quels sont vos objectifs et vos visions pour l'avenir ?

Nous voulons que l'approvisionnement en circuit fermé devienne la norme. A l'avenir, Prozirkula ne devrait plus être nécessaire que pour les affaires très complexes.


Quelle est la chose la plus drôle qui vous est arrivée pendant la construction de Prozirkula ou dans votre travail quotidien ? 

Le rire fait partie de notre vie professionnelle. Et pourtant, il y a des moments qui sortent du lot. Par exemple, lorsqu'au début d'un accompagnement d'achat, nous sommes un peu déconcertés : Quel est exactement l'objet que nous devons aider à acquérir ? Heureusement, il y a Google ! En même temps, notre curiosité est si grande qu'il nous arrive de prendre un tournevis et d'examiner sous toutes les coutures la matérialité de produits mis au rebut.


Plus d'informations sur Prozirkula

60 vues0 commentaire

Yorumlar

5 üzerinden 0 yıldız
Henüz hiç puanlama yok

Puanlama ekleyin
bottom of page