top of page

Transition Zurich : la consommation est un acte politique

Cette association de la ville de Zurich s'engage pour une consommation durable et responsable. Elle montre des possibilités d'action concrètes et renforcent les projets et les magasins qui proposent déjà des solutions d'avenir. Elle répond à la question « comment nous pouvons transformer le savoir et la volonté en actions ». Sa devise : "Faire, c'est comme vouloir, mais en plus fort !


Jasmin - présidente et cofondatrice de Transition Zurich - a répondu à nos questions.


Transition Zurich en pleine action


Quelle est la mission et l’activité de Transition Zurich ?


L’association a débuté en 2014 en tant que petit groupe qui souhaitait mettre ses connaissances en matière de consommation durable à la disposition de la population de la ville de Zurich.

Un autre objectif était de mettre en réseau les projets zurichois. En 2015, l'association a été créée. De nombreuses rencontres et marchés de mise en réseau, plus ou moins importants, ont eu lieu et une carte synoptique en ligne avec d'innombrables idées de consommation durable a vu le jour. Pour certains quartiers, il y a même eu des cartes de quartier imprimées - la "carte des possibilités". Une newsletter est régulièrement publiée pour informer sur l'actualité et les sources d'inspiration.


Quelle est la contribution de Transition Zurich à une économie à faible consommation de ressources ?


Tout d'abord, il est important que nous comprenions, en tant que consommateurs, que seule une consommation réduite permet d'économiser des ressources. Acheter simplement la même chose "en vert" continue de soutenir le capitalisme en croissance forcée. Dans tous les domaines, Zurich offre des solutions intéressantes pour une consommation socialement et écologiquement responsable, ou pour l'accès aux "ressources nécessaires".


Que ce soit dans le domaine


…de l'alimentation (abonnement aux légumes, agriculture solidaire, magasins bio et sans emballage, restaurants bio, etc.),


…des textiles (labels équitables, producteurs locaux, etc.)


ou de l'économie circulaire (repair cafés, upcycling, faire soi-même, échanger, partager, offrir, etc.).


Le site Internet propose sur sa carte de nombreuses inspirations et indique les événements à venir.


Il s'agit d'autonomiser la population et de montrer que si nous voulons des solutions rapides, les consommateurs sont le plus grand levier. Mais cela ne fonctionne que s'ils sont nombreux. Si, par exemple, la moitié des Zurichoises et Zurichois ne consomment plus que la moitié de la viande, cela aura automatiquement un impact sur l'économie. Et ce, rapidement.


A qui vous adressez-vous ?


La Transition zurichoise s'adresse à tous ceux qui n'attendent pas la politique, la science et l'économie, mais qui agissent dès aujourd'hui comme ils aimeraient que le monde soit demain.


Quels sont les plus grands défis auxquels vous êtes régulièrement confrontés ?


Travailler uniquement sur la base du bénévolat ne suffit pas pour atteindre un large public. Les moyens financiers que nous avons reçus par le passé ont suffi pour lancer quelque chose, mais pas pour pouvoir garantir une continuité.

Or, cette continuité est essentielle si l'on veut vraiment obtenir quelque chose. Les fondations et la ville de Zurich ne soutiennent que ce qui est nouveau et innovant, et non pas la poursuite de quelque chose qui a déjà commencé. Ni les fondations ni la ville de Zurich n'ont compris qu'il s'agit là d'une énorme perte d'énergie et de ressources. Une plateforme comme Transition Zurich n'est pas autosuffisante, car nous n'offrons "que" du service public.


Comment définissez-vous le succès? Et quels succès avez-vous déjà pu célébrer ?


Pour Transition Zurich, le succès est au rendez-vous lorsque la plateforme inspire les gens à changer leurs habitudes de consommation. Grâce aux retours d'information, je sais que c'est le cas.

Les rencontres de réseautage et les marchés ont également été des événements réussis et réjouissants, et les plus de 40 000 cartes de quartier distribuées peuvent être considérées comme un succès.


Quels sont vos objectifs et votre vision pour l'avenir ?


Jasmin de Transition Zurich en forêt

L'objectif reste que chaque habitant de la ville de Zurich soit conscient de ses possibilités de prendre des décisions de consommation et/ou de non-consommation en connaissance de cause et de sa responsabilité en matière de consommation.

Dépenser de l'argent est toujours en même temps une déclaration politique. Lorsque j'achète des produits conventionnels au supermarché, je dis oui à des conditions de production qui ne sont souvent ni écologiques ni socialement durables. Je dis également oui à des re ssources qui peuvent provenir de pays qui ne respectent pas les droits de l'homme, dans lesquels des personnes meurent de faim et/ou qui sont en guerre.


Si j'achète mes légumes bio et mes produits issus du commerce équitable dans une petite épicerie de quartier, je dis oui à des producteurs de confiance qui traitent la terre et les hommes de manière adaptée à leurs petits-enfants. C'est une décision que chacun doit prendre pour lui-même. Tous les jours.


Une vision forte de Transition Zurich est un centre concret de durabilité au cœur de Zurich. Un lieu où l'on n'agit pas en fonction de considérations et de contraintes économiques. Un lieu où nous pouvons expérimenter ce qu'est réellement une vie sans ressources. Un lieu où l'on peut en faire l'expérience et qui offre une surface de contact à bas seuil. Un lieu où le capitalisme et l'obligation de croissance appartiennent au passé. Les gens doivent faire l'expérience qu'ils peuvent sortir des actes de consommation nocifs et/ou opaques. Et ce dès AUJOURD'HUI !


Quels conseils donneriez-vous aux pionniers qui veulent faire partie du changement ?


En tant que consommateur ou consommatrice :


  • Réfléchissez, à ce que vous faites pour chaque franc que vous dépensez

  • Savez-vous d’où vient le produit ?

  • Savez-vous qui se cache derrière ?

  • Le label ou le magasin sont-ils pour vous un gage de confiance ?

  • Ou est-il possible que votre nourriture contienne des substances toxiques et que sa production empêche la biodiversité ? Que des gens soient exploités pour cela (bio ne veut pas dire social !)?

  • Savez-vous si la consommation de ce produit cause des dommages quelque part dans le monde ?

  • Vient-il d'un pays où les droits de l'homme sont bafoués ? Ou d'un pays où les gens meurent de faim ?

  • Voulez-vous acheter un tel produit ?

  • Avez-vous vraiment besoin de ce produit ?

  • Avez-vous besoin d'une perceuse ou simplement d'un trou dans le mur ? Pouvez-vous imaginer partager des choses avec d'autres ?

  • Et finalement : Qu’est-ce qui vous empêche d'agir selon vos valeurs ?


En tant que contributeur actif :


Soyez honnête avec vous-même : préférez-vous parler ou agir ?

Trop souvent, nous parlons de ce qui va mal et de ce que l'on devrait absolument faire, mais on se contente de parler parce que l'action demande du temps et de l'énergie.

L'important, c'est de savoir ce que l'on veut vraiment faire. Une fois que vous avez compris ça :

  • Cherchez les projets qui sont déjà actifs dans ce domaine

  • Aprenez à les connaître, participez et soutenez-les

  • Rassemblez vos propres expériences et apprenez ainsi où vous voulez vraiment vous engager.


Agir, c'est comme vouloir, mais en plus fort !

Vous trouverez plus d'informations sur le site de Transition Zürich


Et pour tous ceux qui ne sont pas zurichois, voici une liste d'autres Transition Towns en Suisse.









41 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page