Les start-ups zèbres - une nouvelle forme d'entrepreneuriat

Tout le monde la connaît : la Silicon Valley. Elle est connue pour être l’épicentre des start-ups, comme la source de financement et de main-d'œuvre informatique, ainsi que le lieu de naissance de ce que l'on appelle les "licornes". Mais quelle est l'importance de cette créature mythique dans le monde des start-ups ? Et quel rôle joue la start-up zèbre dans le contre-mouvement actuel ?

La créature mythique du monde des start-ups : la licorne

Depuis 2015, le terme licorne est bien ancré dans le jargon des start-ups. Officiellement, une start-up est considérée comme licorne lorsqu'elle a une valorisation de marché supérieure à un milliard de dollars US. Les résultats doivent être aussi magiques que la Licorne est imaginative : une croissance fulgurante, des quasi-monopoles et une entrée en bourse record avec un rendement élevé. Il s'agit souvent de start-ups technologiques et leur objectif est clair : faire des bénéfices matériels.


licorne
Oh, comme c'est bon d'être une licorne...

Toutefois, il est également connu : la Silicon Valley a un problème de licorne. Pour ces start-ups, l'offre passe au second plan ; ce que propose une licorne est moins important que le fait qu'il s'agisse d'une licorne. En conséquence, 90% des licornes vont soit rendre l'âme, soit simplement échouer. Pour une jeune entreprise qui dépend de l'acquisition de clients à faible coût, même une légère modification des coûts d'acquisition de clients entraîne un manque de rentabilité et rend l'entreprise instable. De plus, pour ces entreprises, une baisse du cours de l'action est une catastrophe. Avec une telle configuration, de nombreuses licornes potentielles ne peuvent pas survivre longtemps et le modèle de la Silicon Valley se dévore lui-même avec un gonflement artificiel des actifs des entreprises.


Ce modèle ne semble pas non plus répondre aux défis sociaux de notre époque. Même si personne ne demande l'extinction des start-ups à forte valorisation, il devrait y en avoir beaucoup moins. La croissance exponentielle n'est ni la meilleure ni la seule façon pour les entreprises de fonctionner, et c'est à partir de cette conclusion que des modèles d'entreprise plus durables entrent en jeu.


Le contre-mouvement : le zèbre


Il existe désormais une nouvelle tendance dans la culture des start-ups. Outre les licornes, les zèbres bouleversent le terrain de jeu et gagnent en reconnaissance et en pertinence. Les zèbres du monde des start-ups sont de jeunes entreprises qui ont dans leur objectif et leur mission un impact sociétal positif et qui l'associent à un modèle commercial durable. Ces start-ups couvrent un aspect social, mais aussi la durabilité économique - c'est pourquoi le zèbre est leur mascotte : à la fois noir et blanc.



zèbre
Oh, comme c'est encore mieux d'être un zèbre

L'objectif de leur activité est clair : optimiser l'impact sociétal. Ainsi, chez les zèbres, l'échelle de croissance est mesurable par l'impact. De plus, la croissance doit être régénérative, de sorte que les ressources puissent se rétablir et que l'activité puisse ainsi être exercée à long terme. Les bénéfices doivent être directement réinvestis dans l'impact. Malgré tout, les zèbres ne s'éloignent pas complètement d'un "état d’esprit de croissance", car ils prouvent que la durabilité et l'économie peuvent aller de pair et que le profit ne peut pas être défini uniquement en termes matériels. Pour cela, il faut continuer à faire évoluer les valeurs de la société, mais le crowd investing et l'impact investing sont des preuves que les choses bougent.


Le zèbre ne se déplace pas seul, mais en troupeau. C'est ainsi que fonctionnent ces jeunes entreprises : dans une communauté. Cela se traduit d'une part par l'effet externe, à savoir l'impact social positif, mais aussi par l'organisation interne de ces entreprises. Les parties prenantes doivent avoir leur mot à dire et, au niveau individuel, des facteurs tels que la santé mentale des collaborateurs doivent être très importants. En outre, les start-ups zèbres ont une autre attitude vis-à-vis de la concurrence. Il faut exister les uns à côté des autres et se développer de manière collaborative par le biais de partenariats, ensemble dans un écosystème compréhensible. L'attitude "the winner takes it all" n'a pas sa place dans le nouvel entrepreneuriat des zèbres.



Tableau comparatif
Une comparaison entre les objectifs et les stratégies des licornes et des zèbres

Trois Start-Ups zèbres suisses

Nous présentons ici trois exemples concrets de start-ups zèbres. Loin de la Silicon Valley, mais en Suisse, nous avons examiné de plus près trois start-ups zèbres durables et interrogé les personnes responsables sur leurs motivations et leurs objectifs. Choba Choba


Choba Choba est la première marque de chocolat en Suisse qui appartient directement aux cultivateurs de cacao. Dans la vallée de l'Alto Huayabamba, en Amazonie péruvienne, 40 familles de cultivateurs de cacao produisent du cacao sur plus de 120 hectares de terres, en utilisant exclusivement la méthode de l'agroforesterie et en harmonie avec la nature. Choba Choba a été fondée en 2015 par Christoph Inauen, Eric Garnier et les familles de producteurs de cacao de la vallée de l'Alto Huayabamba. Il s'agit d'une entreprise sociale qui s'est donné pour mission de bouleverser l'industrie du chocolat. Aujourd'hui, les familles de cultivateurs de cacao reçoivent déjà deux à trois fois plus d'argent pour leur matière première que ce qui est habituel sur le marché mondial. Choba Choba crée ainsi un véritable impact en tant qu'entreprise.

L'idée est née lorsque Christoph Inauen et Eric Garnier - avant même la création de l'entreprise - ont acheté du cacao aux familles de cultivateurs de cacao de la vallée de l'Alto Huayabamba pour d'autres marques. Ils ont remarqué à plusieurs reprises que, malgré le prix du commerce équitable, rien ne changeait fondamentalement pour les familles de cultivateurs de cacao. C'est pourquoi ils ont fondé Choba Choba, qui signifie en quechua : "Si tu m'aides, je t'aiderai", en collaboration avec les familles de producteurs de cacao.



Le cacao au Pérou
Christoph, Eric et des producteurs de cacao au Pérou

Nous nous sommes entretenus avec Sebastian Gössler, Responsable de la croissance.


Quelle est la vision de Choba Choba ?


Sebastian : « Notre vision est que davantage de personnes découvrent et achètent nos délicieux chocolats et que nous nous étendions à d'autres pays que la Suisse afin d'accueillir encore plus de producteurs de cacao dans notre entreprise et de créer encore plus d'impact. »


Comment définissez-vous le succès pour vous ?


Sebastian : « Notre plus grand succès est lorsque les gens sont convaincus par notre philosophie et nos chocolats et que nous pouvons ainsi avoir un impact réel au Pérou. »


Que faites-vous pour continuer à exister en tant que zèbre dans le monde des start-ups ?


Sebastian : « Pour continuer à exister et à créer un véritable impact au Pérou et auprès des cultivateurs de cacao, nous devons nous développer. Plus les amateurs de chocolat achèteront nos chocolats, plus les producteurs de cacao pourront faire partie de notre entreprise et nous pourrons ainsi faire une réelle différence. »


Au cours des six prochains mois, Choba Choba souhaite étendre ses chocolats aux pays voisins de la Suisse et s'engager à l'avenir pour la protection de la forêt tropicale au Pérou.


Bern Unverpackt


Bern Unverpackt a été fondée en 2017 et est une association à but non lucratif qui gère un magasin sans emballage à Berne. D'autre part, elle se considère comme une plateforme pour les produits régionaux et comme une partie d'un réseau d'initiatives orientées vers l'avenir. Enfin, Bern Unverpackt est une équipe de personnes passionnées et engagées bénévolement.


L'idée est née de la motivation de créer une alternative à la consommation conventionnelle et d'attirer l'attention sur les montagnes de déchets qui y sont liées. En outre, les fondateurs de Bern Unverpackt souhaitaient expérimenter de nouvelles formes de collaboration avec une forme d'organisation sociocratique, sans aucune hiérarchie.



Vue du magasin à Berne
Le magasin "Bern Unverpackt "

Nous nous sommes entretenus avec Lukas Aeschlimann, cofondateur de Bern Unverpackt.


Quelle est la vision de Bern unverpackt ?


Lukas : « Bern Unverpackt veut devenir une véritable alternative aux chaînes de vente au détail conventionnelles, rapprocher les consommateurs et les producteurs et promouvoir encore davantage l'appréciation de nos aliments quotidiens. C'est pourquoi nous travaillons à faire de Bern Unverpackt un magasin membre. En tant que membre d'un réseau diversifié, nous voulons chercher ensemble des solutions et participer à l'élaboration de nouvelles étapes en direction d'une société adaptée aux petits-enfants. »


Comment définissez-vous le succès pour vous ?


Lukas : « Notre succès, ou plutôt l'impact que Bern Unverpackt obtient en collaboration avec de nombreuses autres organisations et initiatives, est multiple. Aujourd'hui, on assiste à une augmentation du discours public sur les thèmes du zéro déchet, de la consommation durable et de la valorisation des aliments. Et bien sûr, nous sommes fiers de notre magasin unique en son genre, de notre équipe passionnée et engagée et de l'indépendance financière totale de l'association. »


Que faites-vous pour continuer à exister en tant que zèbre dans le monde des start-ups ?


Lukas : « En tant que start-up zèbre, nous voulons rester fidèles à nos valeurs et à nos idéaux. Nous sommes convaincus que nous ne pouvons avoir un impact que si nous sommes attentifs à notre énergie et que nous maintenons notre feu allumé. Ainsi, en tant qu'équipe et entreprise, nous restons résilients, capables de nous adapter et prêts à franchir d'autres étapes de développement utiles. »

A l'avenir, Bern Unverpackt souhaite maintenir la cohésion et l'esprit de l'équipe et continuer à s'engager avec beaucoup de plaisir pour ses valeurs et ses convictions. De plus, l'assortiment et les heures d'ouverture doivent être élargis de manière judicieuse et la stabilité financière et l'indépendance doivent être assurées, afin que Bern Unverpackt puisse continuer à promouvoir, avec son réseau, le changement social souhaité.


Fairpicture


Fairpicture est une plate-forme pour la photographie et la vidéographie équitables. Les ONG, les entreprises et les médias peuvent faire des commandes d'images visuelles et les traiter directement avec des créateurs d'images locaux. Fairpicture n'est pas seulement une plate-forme, mais aussi un réseau et une communauté pour les créateurs d'images locaux des pays du Sud. C'est également un espace de discussion sur la photographie équitable, la représentation, les rapports de force et l'avenir de la communication globale. Fairpicture se considère comme une start-up zèbre dont le modèle commercial vise à combiner les avantages des technologies numériques et des économies d'échelle avec l'entrepreneuriat social.


L'idée à l'origine de Fairpicture est née du mécontentement et de l'indignation face au statu quo : des organisations de développement et des entreprises font appel à des professionnels de l'image, le plus souvent occidentaux, pour obtenir des images de leurs projets dans les pays du Sud. Ils arrivent en avion d'Europe ou des Etats-Unis et visitent pendant quelques jours un projet dans un pays dont ils connaissent à peine la langue et la culture.


Le cacao Fairtrade
210329_Fairtrade Allemagne Indonésie_Fairpicture_017 Aceh, Indonésie, Avril 2021: Les membres de l'association Pemuda Pemudi Suka Makmur cultivent des plants de café dans la "nursery". Ils doivent être choyés et soignés avec soin, surtout au début. ©Rosa Panggabean/Fairtrade Deutschland/Fairpicture

Nous nous sommes entretenus avec Aurel Vogel, cofondateur de Fairpicture.

Quelle est la vision de Fairpicture?

Aurel : « Créativité, activité débordante et volonté de créer : le Sud global ne se résume pas à la faim, la pauvreté et la dépendance. Nous voulons changer la perception des pays du Sud. Image après image - parce que ce sont les images qui façonnent notre vision du monde. En outre, en tant que membre du mouvement des start-ups zèbres, nous poursuivons une troisième voie entre le for-profit et le non-profit, qui a un impact durable dans un monde globalisé et numérisé. »

Comment définissez-vous le succès pour vous ?

Aurel : « Nous mesurons notre succès à la fois dans une dimension d'impact et dans une dimension commerciale. Dans une perspective d'impact, nous avons du succès lorsque l'image équitable devient la norme dans l'acquisition et l'utilisation des images. Cela commence à petite échelle par l'évidence d'une déclaration de consentement pour chaque personne photographiée et va jusqu'à l'implication des créateurs d'images et des personnes photographiées dans la conception et la mise en œuvre des campagnes de communication.

D'un point de vue commercial, nous aurons réussi si Fairpicture est financièrement durable et s'il est établi en tant que fournisseur mondial de photographie et de vidéographie équitables.



Fairpicture doit avoir un large impact et permettre aux petites entreprises et organisations de présenter leurs projets de manière équitable et authentique grâce à leur storytelling visuel.

Que faites-vous pour continuer à exister en tant que zèbre dans le monde des start-ups ?

Aurel : « Chaque décision stratégique est systématiquement évaluée tant du point de vue du business que de celui de l'impact. Le business plan et la théorie du changement sont mis au même plan pour la définition des objectifs et des priorités. Nous sommes soutenus par des investisseurs qui attendent à la fois un rendement financier et un rendement d'impact et qui sont prêts à investir dans l'impact.

Nous sommes en outre en contact permanent avec des créateurs d'images, des clients, d'autres zèbres ainsi que des personnes et des organisations apparentées, notamment en tant que alumni du Social Impact Accelerator et en tant que membres du réseau Impact Hub. Nous contribuons ainsi à renforcer le mouvement zèbre dans son ensemble.»


 

En changeant de mentalité, la nouvelle génération de zèbres apporte l'entrepreneuriat social dans la savane des start-ups. Avec un modèle d'entreprise autosuffisant et un impact positif sur notre société, ils sont construits pour durer et ont une mission claire. La voie vers un système économique plus social et plus solidaire est ouverte et le changement social se poursuit - merci au mouvement Zebra.


Le responsable de Sens Suisse
Un entretien avec Florian Wieser de SENS Suisse Social Entrepreneurship a eu lieu dans le cadre de cet article.













En savoir plus sur SENS Suisse Social Entrepreneurship