La consommation durable : Pourquoi il est important de comprendre ce que nous ressentons et pensons

Bien que nous sachions tous que la durabilité est essentielle, la plupart de nos bonnes intentions ne se concrétisent pas. Les chercheurs à l'origine de l'Observatoire suisse de la consommation durable (Swiss Sustainable Consumption Observatory) font la lumière sur nos habitudes et sur nos problèmes de consommation. Ils se basent sur les résultats de leur première enquête nationale sur la consommation durable et sur les enseignements que nous pouvons en tirer.


Choisir une option sans viande pour le déjeuner ou raccommoder un pantalon déchiré au lieu de le jeter peut sembler sans intérêt lorsqu'on essaie de créer un avenir plus durable. Pourtant, l'empreinte écologique de notre société est fortement influencée par nos décisions de consommation collectives, c'est-à-dire ce que nous consommons, en quelle quantité et comment nous le faisons.


Le défi de soutenir des modes de vie plus écologiques consiste à mesurer et à fournir un soutien fondé sur des preuves aux décideurs politiques et industriels pour les aider à mettre en œuvre des mesures visant à promouvoir une consommation plus durable. C'est dans ce but qu'a été créé l'Observatoire suisse de la consommation durable (OSCD ou SSCO) , une enquête transversale régulière menée auprès de la population suisse dans toutes les régions par des chercheurs de l'Université de Lausanne , de la ZHAW et de l'ETH Zurich afin de fournir un aperçu du comportement des consommateurs et des tendances liées à la consommation durable au fil du temps. Nous nous concentrons sur les domaines de consommation de l'alimentation, de l'électronique grand public et du textile, qui représentent une grande partie des achats des ménages. Plus de mille participants, tous cantons suisses confondus, ont participé à la première enquête. Ils ont fourni des informations sur leur comportement dans ces domaines, ainsi que sur les obstacles à la consommation durable, les facteurs démographiques et divers traits psychologiques, tels que l'identification à la nature, les valeurs de consommation écologique et les normes sociales.


La première vague d'enquête nous a permis d'avoir un aperçu des habitudes de consommation des résidents suisses. Par exemple, la plupart des participants sont très ouverts à l'idée de réparer des vêtements, d'acheter des téléphones portables usagés ou de consommer des aliments au-delà de leur date de péremption pour éviter le gaspillage alimentaire. Pourtant, l'enquête a également montré un écart évident entre ces aspirations et les comportements réels des gens (très peu de personnes ont déclaré réparer réellement leurs vêtements). Interrogés sur les raisons qui les empêchent de consommer de manière plus responsable (voir graphique), la plupart des répondants ont déclaré que c'était aux autorités, aux entreprises et à la société de faire davantage pour rendre les produits durables accessibles et abordables pour tous. La méfiance à l'égard des affirmations des entreprises et le soupçon d'écoblanchiment sont quelques-unes des excuses avancées pour justifier la diminution des achats durables. Les raisons personnelles, telles que le manque de temps et de commodité, sont en revanche considérées comme moins pertinentes.


Figure 1: Relevance of different barriers to sustainable consumption as perceived by 1264 Swiss residents in February 2022 (1 =not at all important, 5 = very important)

Ce qui est intéressant, cependant, c'est qu'il semble que les traits de personnalité et les attitudes individuelles expliquent pourquoi certains d'entre nous adoptent des comportements plus durables que d'autres. Alors, comment résoudre ce problème ? Une meilleure communication de l'impact environnemental spécifique des décisions des consommateurs, un système d'étiquetage fiable et clair que les consommateurs peuvent utiliser pour distinguer les produits plus ou moins durables et le rapport des consommateurs avec l'environnement naturel pourraient aider. Les résultats suggèrent que le discours de la société sur la durabilité est assez avancé pour l'alimentation et, en partie, pour l'habillement (mais pas suffisamment), tandis que celui sur l'électronique grand public durable est encore pratiquement inexistant, de nombreuses personnes interrogées ne sachant pas ce qu'est l'électronique durable.


Il ne s'agit là que d'un premier aperçu des résultats de l'enquête SSCO. Notre objectif à long terme est de fournir une analyse de type baromètre des questions essentielles liées à la durabilité et des tendances de consommation des résidents suisses. Nous continuerons à améliorer nos enquêtes et à les mener régulièrement afin de générer des données fiables et exploitables qui permettront d'élaborer de meilleures politiques pour améliorer le bien-être de tous. Ce que vous ressentez et pensez de la durabilité est essentiel et nous aide à repérer ce que nous pouvons encore faire pour créer un avenir meilleur !


Avertissement du PNR

Ce laboratoire de co-création est une activité de synthèse du Programme national de recherche "Economie durable : respectueuse des ressources, orientée vers l'avenir, innovante" (PNR 73) du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Le PNR 73 vise à générer des connaissances scientifiques sur une économie durable qui utilise les ressources naturelles avec parcimonie, crée du bien-être et augmente la compétitivité de l'économie suisse. Le PNR 73 tient compte de l'environnement, de l'économie, de la société, de toutes les ressources naturelles et des étapes de la chaîne de valeur. Pour en savoir plus sur ce programme de recherche, consultez le site.


Les résultats futurs et de plus amples informations sur l'Observatoire suisse de la consommation durable sont disponibles sur notre site Internet