Pourquoi l'industrie textile doit-elle être repensée ?


A l'ère de la "fast fashion" ou "mode rapide" de nouvelles collections sortent plusieurs fois par an. Les prix baissent et les gens achètent davantage



Quelques chiffres : - Le Suisse "moyen" possède aujourd’hui 118 vêtements alors qu’en 1970, il n’en possédait que 70


- 40% des articles achetés ne sont portés qu'entre une et quatre fois


- 1 % des textiles sont fabriqués à partir de matériaux recyclables et sont réintroduits dans le commerce


- En 1950, les dépenses en textile représentaient 11% du revenu des ménages, aujourd'hui plus que 2% (association professionnelle Swisstextil)


- L'industrie textile est responsable de 5 à 10 % des émissions mondiales de CO2. D'ici à 2050, ce chiffre passera à 26 % si le développement se poursuit comme aujourd'hui (Etude de la Fondation Ellen McArthur)



Heureusement, une contre-tendance à la fast fashion est en train d'émerger : la slow fashion.


Voici cinq initiatives allant dans ce sens :


Fashion Revolution


Le mouvement a été fondé en réponse à l'effondrement d'une usine textile au Bangladesh en 2013 dans lequel plus de 1100 travailleurs ont perdu la vie.

De nombreuses marques n’étaient pas conscientes qu'elles produisaient dans cette usine.

L'objectif du mouvement est de créer une transparence dans l'industrie textile. Elle fait activement campagne pour le changement dans les chaînes d'approvisionnement internationales de l'industrie de la mode.


En savoir plus : www.fashionrevolution.org


2nd Peak


Il y a un peu moins d'un an, Isa Schindler a ouvert le premier magasin de vêtements outdoor de seconde main en Suisse.

On trouve ici des vestes qui ont déjà été sur le Kilimandjaro.

L’objectif est d’augmenter encore les locations, les réparations et l’upcycling et de proposer des ateliers thématiques aussitôt que ce sera à nouveau possible.


En savoir plus : www.2ndpeak.ch


Ragfair


Plateforme de location d’articles de marque en ligne créée par Natalia et Lena.

“Chez nous, les clients louent au lieu d’acheter. Nous fonctionnons ainsi :


  • Notre assortiment comprend des vêtements, des sacs et des accessoires

  • Nous donnons également des conseils de coiffure via le Chat et par courriel

  • Notre objectif est de gérer notre activité de la manière la plus durable possible

  • Nous donnons une seconde vie à des articles de qualité en proposant des alternatives à la mode rapide et en réduisant les déchets".


En savoir plus : https://ragfair.ch/fr


Munimei - oh muni muni mei Macaroni fijidei ...


Lorsque Chloé est devenue mère, il lui est venue l’idée, avec Sophia, de créer sa boutique de vente de vêtements pour enfants, en ligne.

“Nous voulons offrir une alternative au jetable d'aujourd'hui en conservant le côté amusant de faire du shopping. Munimei donne une seconde chance aux vêtements qui ont été portés au moins une fois.

"Oh muni muni mei Macaroni fidschidei ...", une amusante chanson pour enfants, qui a inspiré le nom du magasin“.


En savoir plus : https://munimei.ch/


The Pink Sheep


Leila Hatt est l'une des trois fondatrices.

"Notre but est d’inciter les habitants de Zurich à porter leurs vêtements plus longtemps et à acheter de manière plus consciente.

Nous faisons de l'upcycling et de la réparation de textiles existants, déjà utilisés. Nous donnons aussi à nos clients la possibilité de le faire eux-mêmes grâce à des ateliers et à l'utilisation de nos machines à coudre.

Nous ne voulions pas être un mouton noir. Exprimer notre singularité de manière positive, avec un peu de sérénité et de joie, était très important pour nous. C'est de là qu'est sorti le nom mouton rose".


En savoir plus : www.thepinksheep.ch



Fair’Act


L’association a vu le jour en novembre 2016, à quelques jours du Black Friday, hasard ou pas? Bon timing pour s’interroger sur la surconsommation dans l’univers de la mode.

« Fair’Act de solidarité », le jeu de mots fonctionne !

Aujourd’hui, c’est au tour des consommateurs de jouer le jeu pour que la transition se fasse dans l’industrie textile.

Cette plateforme a pour objectif de soutenir les indépendant-e-s, designers, créateur-trice-s, couturier-ère-s et tous les acteurs engagés pour une mode responsable.

Fair’Act aborde une nouvelle forme de mode éthique en 3 actes. Acquérir (trouver des points de vente responsables à proximité), Choyer (réparer plutôt que jeter et le faire avec l’aide des artisans du métier), Transformer (redonner vie à un bout de tissu sous une autre forme que son rôle initial).


En savoir plus : www.fairact.org