Foodsharing : "Utiliser au lieu de gaspiller"


Des frigos remplis de nourriture dans lesquels vous pouvez vous servir gratuitement. Des paniers d’aliments qui peuvent être retirés sans frais au domicile d'une personne. Cela semble trop beau pour être vrai ! Pourtant, l'association "Foodsharing" veut combattre une vérité amère : en Suisse un tiers de la nourriture est jetée.


Le partage de la nourriture s'attaque précisément à cette surproduction. Lorsqu'il y a trop de nourriture, elle doit être distribuée aux personnes qui peuvent l'utiliser. Jusqu'à présent, plus de 46 millions de kilogrammes de nourriture (ce chiffre augmente chaque jour) ont été sauvés de la poubelle.


Simone, comment fonctionne l'initiative "Foodsharing" ?


Simone : "Notre initiative est constituée de différents groupes qui ont des rôles très différents. Ils ont cependant tous un objectif en commun, celui de réduire le gaspillage alimentaire.

Nous ciblons en premier lieu les ménages, les détaillants et les restaurateurs car ils sont responsables de la plus grande partie des déchets alimentaires.


Concrètement, ceux que l’on nomme les "Foodsharer" (partageurs de nourriture) peuvent proposer en ligne (via une plateforme) les aliments qu’ils ont en trop

afin de les mettre à disposition des intéressés. Parfois il s’agit même de repas complets. Ces derniers peuvent également apporter ces denrées à un "Fairteiler" (distributeur équitable). Elles seront ainsi déposées dans un réfrigérateur public accessible à tous.


Nous coopérons également avec des entreprises qui remettent leur surplus de nourriture à des "Foodsaver" (épargnant de nourriture). Elle est consommée directement par ces derniers, distribuée plus loin ou déposée dans nos réfrigérateurs accessibles au public.


L’inscription sur notre plateforme pour devenir "Foodsharer" ou "Foodsaver" est ouverte à tous.

Cette manière de faire peut parfois conduire à des situations très particulières.

Après Halloween, nous avons pu ramasser et distribuer près de 100 courges provenant d'un parc d’attraction parce qu'elles n'étaient plus utiles.


A une autre occasion, une entreprise nous a appelés pour nous dire qu'elle avait plus de 1000 litres de glace en trop. Ces situations demandent un moment de réflexion afin de savoir comment gérer l’aspect logistique.


Comme nous ne souhaitons pas seulement combattre les conséquences mais déclencher un changement de mentalité, nous nous concentrons également sur un travail d'éducation et de sensibilisation. Lorsque vous remarquez que vous avez réussi à faire intégrer une nouvelle habitude, c'est incroyablement satisfaisant."


Simone, as-tu d'autres conseils à nous donner pour réussir à jeter moins de nourriture ?


Simone : "Oui, bien sûr. Vous pouvez cuisiner de délicieux plats avec de vieux aliments avant de les jeter. En préparant par exemple des croûtons ou de la chapelure avec du vieux pain. Il existe d'innombrables recettes sur internet.


Il est également utile d'apprendre à reconnaitre si un aliment est encore comestible, quelle que soit sa date de péremption.


En résumé, nous souhaitons favoriser une prise de conscience en lien avec la valeur de la nourriture, n’oublions pas que c’est ce qui nous fait vivre. "


Quel est ton conseil aux personnes qui veulent lancer leur propre initiative ?


Simone : " Il est important d'avoir une vision claire de l'endroit où l'on veut aller. Faites-vous une idée concrète de ce à quoi vous voulez que l'avenir ressemble une fois que vous aurez atteint vos objectifs.


C’est un bon moyen d’y puiser de la motivation et de la force, ce qui sera particulièrement aidant lors de moments plus difficiles".