Votations : "2xOui" pour de l’eau propre, des sols fertiles et pour notre santé


L’Initiative pour une eau potable propre et l’Initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse montrent comment agir judicieusement face aux grands défis que l’agriculture doit relever. Elles offrent les phases transitoires et la sécurité de la planification nécessaires à l’aménagement d’une agriculture suisse sociale, proche de la nature et profitable à tou-te-s, pas seulement à l’agrobusiness.




Le 13 juin 2021, les citoyen-ne-s suisses ont l’opportunité d’orienter durablement la politique agricole. Il s’agit de choisir entre une transformation agroécologique, une nature intacte et des aliments sains ; ou des pratiques continuant d’empoisonner nos cours d’eau et nos sols.


L’Initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse et l’Initiative pour une eau potable propre partagent les mêmes buts, avec des approches différentes pour protéger l’environnement, encourager la diversité biologique et la production d’aliments sains – aujourd’hui et dans le futur.


Les deux initiatives veulent une agriculture faite par et pour les paysan-ne-s ainsi que pour les consommatrices-eurs, mais aussi respectueuse de l’environnement et de la biodiversité.


Mettre un terme à la pollution par les pesticides, à l’utilisation excessive d’antibiotiques et à la surfertilisation


En 2020, le Parlement fédéral a suspendu la réforme de la politique agricole suisse et a donc empêché, pendant des années, la mise en place des bases pour une agriculture plus saine.


Un double Oui permettrait de mettre un terme à la pollution de notre environnement par des pesticides toxiques, à l’utilisation excessive d’antibiotiques et à la surfertilisation.


La Suisse pourrait se profiler comme pionnière d’une agriculture de qualité, orientée vers l’avenir. Ces deux initiatives permettent d’anticiper l’adaptation de la science, de la recherche et des pratiques aux inéluctables changements à venir car l’agriculture intensive est sous pression, avec ou sans ces initiatives.


La disparition des insectes, la pollution de l’eau, le déclin de la fertilité des sols et du nombre d’habitats à l’état naturel constituent des problèmes qui ne peuvent plus être niés et qui nécessitent une adaptation urgente des pratiques. Le statu quo en matière de politique agricole n’est pas une option pour notre société.


Une planification sécurisée


Notre société tolère de moins en moins que l'eau potable et la nourriture contiennent des pesticides et des résidus. Des groupes agrochimiques comme Syngenta en viennent à prévoir une diminution massive de l’utilisation des pesticides d’ici 10 ans.


Les deux initiatives offrent une grande sécurité dans la planification et permettent, grâce à leurs longues phases de transition (8-10 ans), de mettre en place un changement socialement acceptable, qui inclut l’ensemble des acteurs concernés et laisse suffisamment de temps pour procéder aux adaptations nécessaires et les accompagner.


https://2xoui.ch/