top of page

Les coûts externes et la manière de les internaliser

En matière d'impact environnemental, il est souvent question d'externalités, de coûts externes et de taxes environnementales. Mais que sont les coûts externes ? Qui doit supporter ces coûts ? Et quel est le rapport avec la crise climatique ?


Le célèbre économiste américain Nicholas Gregory Mankiw définit les externalités (synonyme d'effets externes) comme suit : "Un effet externe est l'impact d'une action économique sur le bien-être d'un tiers non impliqué, pour lequel personne ne paie ou ne reçoit de compensation". Il existe de nombreux scénarios différents dans lesquels les externalités se produisent - positives et négatives. Ce blog se concentre sur les négatifs - également appelés coûts externes. Le cas le plus connu de coûts externes, dont nous allons tenter de donner une explication simplifiée, se produit lors de la production de biens.


Un responsable d'externalités négatives ne prend pas en compte tous les coûts générés par la production de son bien, mais uniquement les coûts internes à son entreprise, c'est-à-dire les coûts qu'il supporte lui-même. Il externalise, consciemment ou non, une certaine partie de ses coûts à des tiers. Il "externalise" donc des coûts. Par exemple, une entreprise textile (dans cet exemple, notre producteur) déverse des produits chimiques issus de la production de textiles dans un cours d'eau, ce qui entraîne une diminution de la population de poissons. Outre les dommages évidents causés à la flore et à la faune par les produits chimiques, les pêcheurs (tiers non concernés) qui pêchent dans le cours d'eau, par exemple, subissent un préjudice financier parce qu'ils peuvent pêcher moins de poissons. Il y a des coûts pour le pêcheur ainsi que pour l'administration publique qui doit nettoyer le plan d'eau. Ces coûts ne sont toutefois pas pris en compte dans le prix du bien, à savoir le textile, car l'entreprise textile n'a calculé que ses coûts internes. Si tous les coûts étaient pris en compte, y compris ceux qui ne sont pas actuellement supportés par l'entreprise textile, les textiles vendus devraient être plus chers, car elle devrait par exemple payer pour un meilleur nettoyage des eaux usées.


Si le prix est plus élevé, il est probable que les client·es se tournent vers un autre fabricant de textile qui peut proposer le produit à un prix plus bas parce qu'il n'a pas à payer de coûts externes. L'entreprise propose donc actuellement ses textiles à un prix trop bas et peut ainsi en vendre davantage. Les pêcheurs, l'administration publique et la collectivité supportent actuellement, à tort, les coûts externes de l'entreprise textile.


L'analogie avec les eaux polluées peut être appliquée à de nombreux autres problèmes. Dans le contexte environnemental, on parle souvent des externalités dues aux gaz à effet de serre. On sait que les gaz à effet de serre ayant un impact sur le climat sont produits de différentes manières, par exemple par la combustion de carburants fossiles dans les transports, l'industrie et le chauffage de nos bâtiments, ainsi que dans l'agriculture par les engrais azotés et l'élevage intensif. Ces gaz à effet de serre accentuent le changement climatique et entraînent donc des coûts externes pour l'ensemble de la société. Finalement, la crise climatique entraîne toute une série de coûts monétaires et non monétaires. Alors comment éviter les coûts externes - au niveau d'une seule entreprise textile ou au niveau de la société dans son ensemble ?


Comment "internaliser les coûts externes" ?


L'économie propose différentes solutions aux externalités négatives. Il y a d'une part les solutions dites privées, et d'autre part les solutions publiques ou politiques. Les solutions privées, c'est-à-dire celles qui ne nécessitent pas l'intervention de l'État, sont par exemple les normes sociales et le comportement moral. Si, selon notre analogie, l'entreprise textile agit de manière morale, elle trouvera elle-même un moyen de ne plus rejeter d'eaux usées toxiques dans la rivière et de mieux nettoyer les eaux usées. On pourrait également envisager une solution contractuelle entre les parties concernées et les pollueurs.


Une solution politique pour notre cas d'eau serait par exemple une interdiction de déverser des produits chimiques toxiques dans les eaux. Une telle loi existe en Suisse et probablement dans la plupart des pays du monde. Outre les interdictions, il existe des mesures basées sur le marché telles que les taxes, les impôts ou les certificats environnementaux négociables. Nous les expliquons dans un article de blog séparé.

Mais si les coûts ne sont internalisés ni par des mesures privées ni par des mesures politiques, ce ne sont pas seulement des tiers non concernés ou la nature qui subissent des dommages - d'un point de vue purement économique, il y a également une défaillance du marché : Le mécanisme de marché de l'offre et de la demande n'aboutit pas aux résultats économiquement souhaitables et les facteurs de production ne sont pas utilisés de manière à produire le meilleur rendement possible pour l'ensemble de l'économie.


Voilà pour la théorie économique. Dans la pratique, l'internalisation est souvent très difficile. Si une externalité affecte l'ensemble de la société, comme par exemple le changement climatique accéléré par les gaz à effet de serre, il y a de nombreux obstacles avant que les coûts ne puissent être internalisés. Comment quantifier une telle externalité ? Toutes les personnes concernées sont-elles conscientes que la consommation de certains biens entraîne des coûts externes et que ces biens devraient donc coûter plus cher ? Les entreprises et les particuliers sont-ils prêts à payer soudainement plus pour un bien afin de ne pas peser sur la société ? A cela s'ajoutent des obstacles politiques : Les hommes politiques sont-ils suffisamment incités à internaliser les coûts ou préfèrent-ils mettre en œuvre des mesures populaires qui leur permettront d'être réélus ? Les électeurs sont-ils suffisamment incités à voter sur de tels sujets ? Comment se comportent les lobbyistes et les fonctionnaires ?


C'est à ces questions et à bien d'autres que nous devons répondre en tant que société face à la crise climatique. Car les externalités liées au transport, à l'industrie ou à l'agriculture sont diverses et nombreuses. Et si nous voulons conserver une chance d'atteindre les objectifs climatiques de Paris, c'est maintenant qu'il faut en tirer les conséquences. D'un point de vue purement économique également !

 

Pour approfondir sur le sujet (en anglais) :

🎥 Vidéos

📃 Articles, études et littérature

🎧 Podcasts


📃 Coûts et bénéfices externes des transports en Suisse :


📃 L'agence fédérale allemande pour l'environnement chiffre les coûts environnementaux dans les transports, l'agriculture et d'autres secteurs :


📃 Un article de Handleszeitung sur les coûts externes :




Sources:

Mankiw (2018) Grundzüge der Volkswirtschaftslehre (Principes de base de l'économie politique)




bottom of page