top of page

L’économie sociale et solidaire : pour une nouvelle économie !

Le réseau romand APRÈS s’engage pour le développement de l’économie sociale et solidaire. Il défend une autre économie, plus inclusive et écologique.


Constance André-Aigret Coordinatrice de la Chambre de l’ESS APRÈS-VD répond à nos questions.

Comment est né le réseau romand APRÈS ?


Constance : « Le réseau romand APRÈS – APRÈS-VD, APRÈS-GE et APRÈS-BEJUNE – a vu le jour dans le canton de Genève en 2004. Cette année est marquée par la formalisation du mouvement ESS en Suisse romande. S’en s’ont suivi APRÈS-VD pour l’ESS vaudoise et APRÈS-BEJUNE pour l’ESS des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel. »

Quelle est votre vision ?


Constance : « Le réseau romand APRÈS – APRÈS-VD, APRÈS-GE et APRÈS-BEJUNE – souhaite faire de l’économie un levier de transition vers une société respectueuse de l’humain et de la biosphère. Le but du réseau est de maximiser l’impact positif de nos activités sur la société et l’environnement, et d’alimenter un nouvel imaginaire collectif pour insuffler le changement. »


Que faites-vous à APRÈS ?

Constance : « Le réseau romand APRÈS – APRÈS-VD, APRÈS-GE et APRÈS-BEJUNE – développe et promeut l’économie sociale et solidaire afin de coconstruire une société plus juste, durable, écologique et équitable. 

Nous poursuivons notre mission à travers diverses activités : la mise en réseau, des activités de plaidoyer, des accompagnements d’organisations et des formations, la collaboration pour la mise en place d’écoquartiers, le développement de communs (numériques, sociaux…) … »

L’ESS, c’est quoi concrètement ?


Constance : « L’ESS est un mode d’entrepreneuriat et de développement économique adapté à tous les secteurs d’activités et à toutes les facettes de l’activité humaine.

L’ESS promeut une économie régénérative dans laquelle les organisations maximisent non pas leur profit, mais leur impact social et environnemental grâce à une gouvernance démocratique et la mise en place de mesures de lucrativité limitée (réinvestissement de la majorité des bénéfices dans le maintien ou développement de l’activité de l’organisation). Cette économie de proximité avec un fort ancrage territorial recherche l’intérêt collectif en contribuant à la création d’emplois. Elle place au cœur de son projet la territorialisation de la valeur ajoutée : économie circulaire, circuits courts, énergies renouvelables, économie collaborative, etc. »


Qui sont vos membres ?

Constance : « Le réseau romand APRÈS représente plus de 500 organisations et plus de 500 membres individuels engagés pour le développement d’une économie plus sociale et solidaire.

Les organisations sont actives dans tous les secteurs d’activités et sont constituées sous différentes formes de structures juridiques (SA, SARL à but non lucratif, raison individuelle, associations, coopératives, fondations). Elles prônent une économie privée à lucrativité limitée au service de l’intérêt collectif ».

Toutes et tous se retrouvent autour de sept valeurs communes :

- bien-être social

- solidarité

- écologie

- diversité

- citoyenneté

- démocratie participative

- cohérence.


Pourquoi promouvoir une autre économie ?

Constance  : « Face aux défis écologiques et sociaux qui nous attendent, nous nous engageons à défendre une économie respectueuse des limites planétaires et qui permette d’offrir aux citoyens et citoyennes une vie juste et digne. Nous devons réapprendre à entreprendre, à se faire confiance, à collaborer pour qu’ensemble, nous atteignions les objectifs des plans climat cantonaux, les objectifs de développement durable de l’ONU et permettons une vie décente aux générations futures ».

En savoir plus :

Comentários


bottom of page