top of page

Jardin-forêt : le couteau suisse du vivant

Il est vital de repenser notre manière de cultiver, en accord avec les limites planétaires et en lien avec notre tissu social. Il existe un système de culture alternatif et productif : les jardins-forêts.


Samuel Dépraz, Gilles Metzener, et Yves Loerincik


Steeve Chatelain de l’Association Jardin-Forêt Suisse nous en dit plus.


Comment est née votre association ?


"L’Association Jardin-Forêt Suisse a été créée au printemps 2022 par 3 cofondateurs Gilles Metzener, Yves Loerincik et Samuel Dépraz. Nous nous sommes rendus compte que nous partagions des convictions fortes sur les enjeux climatiques, énergétiques, sociétaux ainsi qu’une passion pour le végétal. Nous avons donc fondé cette association avec pour objectif principal non seulement de faire connaître les jardins-forêts en Suisse romande mais de mettre en place une stratégie pour les déployer concrètement autant que possible".


Pourquoi les jardins-forêts sont salutaires ?


"Les défis auxquels la société fait face actuellement sont nombreux : nous devons graduellement devenir indépendants de la mondialisation et des ressources fossiles en particulier. L'alimentation a aujourd’hui une grosse empreinte énergétique et environnementale. Les ressources dépensées du “champ à l’assiette” sont considérables et sont dépendantes des énergies fossiles bon marché. De même, la relation de l’Humain au végétal s’est beaucoup dégradée et nous souhaitons remettre le végétal au centre de la société.


Il est temps de trouver des modes de cultures pérennes qui restaurent notre environnement, le climat et la biodiversité tout en assurant notre résilience alimentaire de façon hyper-locale".



Comment fonctionne un jardin-forêt ?


"Les jardins-forêts sont des systèmes de culture, inspirés des systèmes agroforestiers tropicaux, permettant d’obtenir des productions végétales importantes tout en régénérant les sols et la biodiversité, grâce à une haute densité et une importante diversité de végétation. Ils peuvent être mis en place sur de nombreuses parcelles privées ou publiques, en zones urbaines, péri-urbaines ou agricoles.

Ils sont basés principalement sur des plantes pérennes comestibles et imitent de jeunes boisements naturels. Ils sont denses, diversifiés, étagés, productifs, résilients et mieux adaptés au changement climatique.

Ces modes de production requièrent des changements profonds dans notre consommation, notre rapport à la nature, nos métiers, les méthodes de culture, le calcul des rendements, notre économie et notre culture collective, notamment alimentaire".


Où voyez-vous l’association dans 5 ans ?


"D’ici 5 ans, nous aimerions avoir convaincu plusieurs communes romandes de mettre en place des jardins-forêts dans l’espace public et accompagner de nombreux citoyens et entreprises dans leur démarche de mise en place de jardin-forêt. Nous aurons aussi plusieurs jardins-forêts témoins comme celui créé à Eysins sur un terrain agricole, le jardin-forêt d’Eos, que nous sommes en train de planter au Domaine de Sous-Cor.


Ces espaces auront permis de sensibiliser des milliers d’enfants et le grand public sur la biodiversité, la vie microbienne et la botanique. Ces espaces ainsi que nos formations et nos conférences contribueront à inspirer des dizaines de collectivités, particuliers et entreprises qui auront mis en place des jardins-forêts chez eux. On est d’accord : il y a encore beaucoup de travail à faire mais nous sommes prêts à relever ce défi"!



Un dernier mot pour la fin ?


"Je vais citer le parrain de notre association, Ernst Zürcher qui est un grand ingénieur forestier suisse reconnu, bien au-delà de nos frontières :


« Créer des "Jardins-Forêts", c'est réconcilier l'agriculture et la foresterie, c'est se souvenir que la source de la fertilité naturelle est le sol forestier riche en matière organique et plein de vie, c'est faire appel à l'incomparable puissance végétative des arbres et des arbustes. Dans ces Paradis du futur, le labeur du labour fait place au plaisir de la simple cueillette des multiples fruits qu'ils nous offrent, l'un de ces fruits - impérissable - étant la beauté. »"

Comments


bottom of page