Collaboration

L’objectif

La collaboration est le fait de travailler ensemble. Plus précisément, la collaboration est le "comment" du travail, car avant de commencer à travailler, il faut définir la manière dont la collaboration va se dérouler.


Le mode de collaboration est une pratique, ce n'est pas un élément que l'on a simplement introduit et une case que l’on a cochée - il doit être conçu de manière active, il est important dans tous les projets et doit être adapté et ancré dans la structure.


Il s'agit d’aborder ensemble des thématiques qui sont importantes pour les gens et qui les incitent à échanger. La collaboration est un moyen d'atteindre une finalité, mais aussi une fin en soi, car la manière dont on travaille ensemble est aussi importante que la solution ou l'impact que la collaboration suscite au final.


Nous pouvons considérer la collaboration avec deux points de vue :


  • l'aspect extérieur

  • l'aspect intérieur


Cette division peut permettre de séparer certaines questions des émotions et de limiter les tensions éventuelles.



L'aspect extérieur de la coopération


Il traite la question : Comment nous structurons-nous ?


Elle comprend les processus, les rôles et les prises de décision.

  • Pour l’organisation, il s'agit de bien y réfléchir, de l'aborder activement et de la de manière à ce qu'elle favorise au maximum l’auto-apprentissage continu. Elle doit être adaptée aux différents besoins et au type de structure.

  • Le courage d'expérimenter afin de trouver les types de fonctionnements qui correspondent aux besoins et aux compétences des collaborateurs et qui permettent d'obtenir les meilleurs résultats est un aspect important.

  • Les débriefings et les analyses de processus pour créer une infrastructure dans laquelle on peut opérer et apporter des modifications en permanence l'est également. Pour cela, on désignera une personne responsable.


L'aspect intérieur de la coopération


Il traite la question : Comment voulons-nous être ensemble ?


Elle comprend les valeurs, la culture et la vision. Le point de vue interne est axé sur les aspects humains. Jusqu'à présent, cette vision de la collaboration a reçu peu d'attention, pourtant elle est à la base d'une bonne collaboration puisque :

  • La collaboration commence toujours par l'individu ; il est essentiel de savoir si je considère mes interlocuteurs comme des partenaires ou des adversaires potentiels. Le collectif ne peut pas être cohérent si les valeurs et la culture ne correspondent pas au niveau individuel.

  • Un individu se concentre sur la recherche de sa propre place : "Est-ce que je me sens bien ici ? Est-ce que je peux y apporter mes valeurs et mes points forts ?" Ce n'est qu'en répondant par l'affirmative que ces personnes peuvent entrer dans une collaboration efficace.

  • Le collectif est cohérent lorsque qu'il se pose des questions telles que : Comment communiquons-nous entre nous ? Quelles sont nos valeurs ? Quelles sont nos promesses de valeurs ? Pourquoi existons-nous ?

  • Il existe un lien étroit entre la confiance et une bonne performance. La confiance est cruciale pour la collaboration. Si elle n'existe pas au niveau individuel, elle ne peut pas non plus exister au niveau collectif - la confiance nécessite un investissement continu de la part de tous.

  • La sécurité psychologique apparaît lorsque l'individu a le sentiment qu'il peut aborder des sujets délicats et des vérités désagréables. Il reconnaître ainsi ses erreurs sans craindre pour sa place dans l'entreprise. La sécurité psychologique doit être présente pour que les équipes puissent être performantes.


Que faut-il pour collaborer ?

La collaboration radicale est une méthode visant à instaurer la confiance au travail afin d'améliorer l'efficacité, la productivité, l'innovation et l'agilité. Elle met en évidence cinq piliers importants nécessaires à la réussite de la collaboration :

  • L'intention de travailler ensemble de manière collaborative (nous voulons réaliser quelque chose ensemble)

  • L'ouverture (sécurité psychologique et création d'un environnement permettant aux autres d'être ouverts)

  • La responsabilité personnelle (de ses propres décisions)

  • La conscience de soi et des autres (connaître ses propres modèles, forces, préférences et celles des autres collaborateurs)

  • La conduite de l'action basée sur les intérêts (prendre en compte le plus grand nombre possible d'intérêts des différentes parties et ne pas prendre position sans tenir compte des intérêts individuels)

 

Pour approfondir sur le sujet :

🎥 Vidéos

📃 Articles, études et littérature

🎧 Podcasts


🎥 Un Ted Talk de Jim Tamm sur la collaboration radicale.


📃 Le Team Canvas de MURAL permet de définir des vues internes et externes de la collaboration.


📃 Le Guide pratique de la Sociocratie définit cette forme d'organisation ainsi que les principes et concepts qui s'y rapportent et montre la valeur ajoutée de cette structure pour les entreprises.


📃 Les cinq piliers de la collaboration de Radical Collaboration sont résumés ici plus en détail.


📃 Ici est abordé le thème du langage de la collaboration.


📃 Le document de Collaboratio Helvetica sur la collaboration et les équipes.


📃 Le document de Collaboratio Helvetica sur le dialogue.


📃 Voici des conseils pour le dialogue en ligne.


📃 Un guide pour réussir à organiser des événements interactifs en ligne.


📃 Le guide pratique de la sociocratie


Collaboratio Helvetica propose un laboratoire du futur d'une durée de neuf mois : une formation axée sur l'expérience, qui transmet les connaissances actuelles de la recherche sur la transformation et les compétences méthodologiques et offre un soutien pratique pour le travail des acteurs du changement.



Dans le cadre de cet article, nous nous sommes entretenus avec Severin Von Hünerbein, Euphoric Business Enabler, Catalyst Lab Program Coordination, Hosting & Desing co-lead.