Transition intérieure et psychologie de l’environnement

Pourquoi avons-nous tant de mal à adopter un comportement respectueux de l'environnement ?

Aujourd'hui, de nombreuses personnes sont conscientes qu'elles doivent adopter un comportement plus respectueux de l'environnement face à la crise climatique. Mais souvent, le comportement effectivement mis en œuvre n'est pas aussi respectueux de l'environnement que les intentions : c'est le décalage souvent décrit entre l'attitude et le comportement. Cela s'explique notamment par l'évitement de la dissonance cognitive, qui conduit à occulter les informations dissonantes. Prenons un exemple : je me considère comme conscient de l'environnement (attitude) et je le prouve en triant mes déchets au quotidien (comportement qui y correspond et qui crée un sentiment de consonance). Si je prends souvent l'avion, cela ne correspond pas à mon attitude écologique et crée une dissonance cognitive - je l'ignore car j'aspire à un sentiment de consonance cognitive. Cela devient un problème lorsque mes actions nuisibles à l'environnement sont plus importantes que mes actions conscientes de l'environnement.


Un autre problème dans l'élaboration de notre comportement en matière de respect de l'environnement est la non-perceptibilité des problèmes environnementaux. L'homme a du mal à percevoir les problèmes environnementaux, car la plupart d'entre eux ne sont pas directement perceptibles par ses propres sens : les effets des émissions de CO2 ne sont pas immédiatement visibles, alors que le rejet de substances toxiques dans une rivière aurait des effets directement perceptibles. De plus, nous sous-estimons les problèmes en raison de la distance spatiale et temporelle et parce que le lien entre le comportement et les conséquences indirectes du comportement est complexe - il y a environ une décennie entre les émissions de gaz à effet de serre et la majeure partie du réchauffement climatique. Ainsi, nous ne remarquons pas maintenant les effets de nos émissions actuelles, mais seulement bien plus tard. En outre, il manque des catégories de perception, car certains concepts (par exemple la "mort des forêts") ne peuvent être établis que lorsque le problème est reconnu.


Par ailleurs, le sentiment d'être concerné rend le comportement écologique plus difficile. Certains se sentent trop peu concernés parce qu'ils ne considèrent pas les problèmes environnementaux comme menaçants ou pertinents et parce qu'ils pensent que la catastrophe ne les touchera de toute façon pas. D'autres se sentent très concernés, mais ont un faible sentiment d'auto-efficacité et pensent donc qu'ils ne peuvent plus rien faire eux-mêmes. Ce n'est que lorsque le sentiment d'être impliqué s'équilibre avec la capacité subjective à trouver des solutions que l'on peut s'attendre à ce que quelqu'un s'engage à résoudre les problèmes environnementaux.


Enfin, la capacité à ne pas agir a également un impact négatif sur le comportement vis-à-vis de l’environnement. La capacité d'agir peut être limitée par des restrictions situationnelles, des habitudes contraires, un manque de connaissances pour agir, une réaction négative de l’entourage et la pertinence immédiate d'autres facteurs.


Facteurs influençant le comportement environnemental

Les comportements dans les activités quotidiennes qui ont un impact sur l’environnement ne sont pas seulement influencés par la conscience environnementale, mais aussi par de nombreux autres facteurs. Certains facteurs peuvent être résumés comme suit :

  • La norme écologique personnelle, qui se compose de la conscience du problème, du sens des responsabilités et de l'efficacité personnelle.

  • Les normes sociales partagées par de nombreuses personnes. On peut distinguer ici une norme théorique (ce que les autres attendent de moi) et une norme réelle (comment les autres se comportent-ils ?).

  • L'analyse subjective des coûts et des bénéfices, qui détermine à quel point le comportement respectueux de l'environnement est perçu comme facile et avantageux ou, au contraire, inconfortable et coûteux.

  • Le processus de pondération, dans lequel les émotions et les habitudes ont une influence décisive sur la formation de l'intention d'agir réellement de manière écologique.

Modèle psychologique pour expliquer le comportement durable

Source: Psychologie im Umweltschutz. Handbuch zur Förderung nachhaltigen Handels


Promouvoir un comportement respectueux de l'environnement

Un comportement respectueux de l'environnement peut être encouragé en agissant sur les facteurs d'influence mentionnés ci-dessus, selon les besoins :

  • La conscience du problème et le sens des responsabilités sont encouragés. Il s'agit d'attirer l'attention sur le problème et sa pertinence pour l'individu, et d'illustrer les conséquences de son propre comportement. La conscience du problème doit augmenter dans la même mesure que l'efficacité personnelle.

  • L'efficacité personnelle est encouragée en transmettant des connaissances sur des possibilités d’action. Il s'agit de répondre à la question "Que puis-je faire concrètement pour résoudre le problème ?" à l'aide de connaissances et d'alternatives d'action concrètes. En outre, il est mis en évidence que chacun a une influence, ce qui donne du courage. Ou alors, l'efficacité personnelle collective peut être encouragée en montrant clairement ce que nous pouvons faire ensemble.

  • Les incitations existantes peuvent être accentuées ou de nouvelles peuvent être introduites afin que le calcul subjectif des coûts et des bénéfices soit différent. Cela va parfois de pair avec une exigence politique - par exemple, les vols doivent être plus chers et les billets de train moins chers - ou de nouvelles options de comportement peuvent être créées - par exemple, un nouvel arrêt de bus devant la porte. Mais l'accent mis sur les pertes dues à un comportement non écologique peut également avoir un effet incitatif - par exemple en montrant combien d'argent on perd par an parce qu'on a un réfrigérateur inefficace à la maison.

  • Le nudging permet d'induire un comportement respectueux de l'environnement de manière plus ou moins subtile, ce qui signifie que nous sommes incités à changer de comportement par de petits nudges (« coups de pouce ») de la part des entreprises et de l'État. La littérature complémentaire permet d'entrer plus en détail dans les différentes approches du nudge.

Pour toutes les interventions en matière de psychologie environnementale, il est essentiel de soutenir les changements de comportement qui ont le plus grand impact sur l'environnement. En effet, il n'est pas décisif de tout faire correctement, mais de commencer par le plus important. En ce qui concerne la protection du climat, ces "points clés" sont le comportement en matière de transport aérien, le choix du système de chauffage, le choix des moyens de transport quotidiens, la consommation de viande, la gestion de ses propres finances, son propre niveau de consommation (vêtements, produits électroniques, etc.) et le comportement politique en matière de vote et d'élection.

Source: Elmar Grosse Ruse, WWF Suisse


Le potentiel de changement de comportement existe donc bel et bien, mais il est toujours limité par les conditions-cadres actuelles. Tant que l'on ne pourra pas se rendre à certaines destinations avec les transports en commun, parce que l'offre n'est pas disponible ou que je suis locataire et ne peux donc pas décider moi-même du système de chauffage, il restera difficile de vivre de manière écologique.

 

Pour approfondir sur le sujet :

🎥 Vidéos

📃 Articles, études et littérature

🎧 Podcasts


🎥 L'Académie virtuelle pour l'éducation au développement durable propose un site gratuit virtuelle Vorlesungsreihe der IPU «Psychologie des sozial-ökoligschen Wandels».


📃 L'enquête sur les jeunes et l'écologie, publiée dans la Revue Durable n°67 - avril 2022


🎧 Le Podcast de Psychologists for Future Le climat en tête.


📃 Le rapport mandaté par l'OFEV:Konsumverhalten und Förderung des umweltverträglichen Konsums.


📃 La contribution scientifique pour la recherche énergétique de Zurich: Förderung von Umweltschonenden Verhaltenswiesen.


📃 Le livre de Karen Hamann, Anna Baumann et Daniel Löschinger: Psychologie im Umweltschutz. Handbuch zur Förderung nachhaltigen Handels.


📃 Voici la liste des points clés du WWF Suisse en matière de changement de comportement pour le climat.


📃 L'infographie de Klimafakten.de montre ce qui pousse les gens à agir face au changement climatique.


📃 Le rapport de la Cambridge Sustainability Commission sur la mise à l'échelle des changements de comportement.


📃 Lors de la conférence commune de la Fondation Mercator Suisse et du WWF Suisse, il a été question de l'éducation à l'environnement et de ses effets.


📃 Cette étude du Ministère fédéral de l'environnement allemand examine les approches de nudges dans la consommation durable et développe des mesures pour inciter à la consommation durable.


Organisations/ Personnes de contact

IPU Schweiz

IPU Deutschland

Psychologists for Future

Axesslab


Un entretien a eu lieu dans le cadre de cet article avec Elmar Grosse Ruse, chef de projet Climat et énergie, WWF Suisse.