top of page

Moins de croissance : voici comment l'économie peut tout de même fonctionner


Header Rethink Now de Ion Karagounis

Pouvons-nous résoudre nos problèmes environnementaux même si notre économie continue à se développer comme elle l'a fait jusqu'à présent et à croître régulièrement ? Non, car notre planète ne peut pas supporter une consommation de ressources toujours plus importante et les émissions qui en découlent (voir également l'article de blog "Croître tout en consommant moins de ressources n'est guère possible"). D'où la question suivante : notre économie peut-elle fonctionner sans croissance ? De nombreux économistes répondent à cette question par un "jamais" indigné - mais il y a des voix de renom dans le cercle de l'économie classique qui répondent par l'affirmative. Parmi elles, l'économiste Robert Solow, récemment décédé, qui a reçu le prix Nobel en 1987 pour ses recherches sur les théories économiques de la croissance. Dans une interview parue dans Die Zeit en 2020, il déclarait : "Une économie capitaliste industrielle doit-elle croître pour pouvoir survivre ? J'ai toujours répondu par la négative à cette question souvent posée. Car l'idée qu'une économie nationale capitaliste réussisse à faire du surplace ne va pas à l'encontre des idées de la science économique. Bien sûr, comme toute autre économie, elle devrait s'accompagner d'une politique financière et monétaire stabilisatrice, et un besoin particulier d'encourager la mobilité sociale pourrait se faire sentir. Mais au fond, rien ne dépend vraiment de la taille d'une économie". 


Tout tourne donc autour de la question de savoir comment nous pouvons organiser notre économie pour qu'elle puisse fournir ses prestations même avec moins de croissance, voire pas de croissance du tout. J'ai donné une première réponse à cette question dans le blog Rethink "De la bonne et de la mauvaise croissance" : elle doit principalement croître là où l'environnement ne subit aucun dommage.


Deux autres aspects, ou questions, sont toutefois tout aussi importants. Premièrement, quelles sont les principales activités qui alimentent la croissance ? Est-il possible de les réduire sans conséquences négatives pour notre économie ? Et, deuxièmement, quels sont les acquis sociaux importants qui dépendent aujourd'hui de la croissance ? Pourraient-ils être transformés de telle sorte qu'ils puissent continuer à fonctionner sans croissance ?


Il y a quelques années, l'Office fédéral allemand de l'environnement a analysé dans une étude les cinq principaux moteurs de la croissance qui sont régulièrement mentionnés dans la littérature critique à l'égard de la croissance :  

  • Objectifs et comportement des entreprises (objectifs de croissance des entreprises, comportement concurrentiel entre les entreprises, attentes des actionnaires en matière de croissance) 

  • Consommation de position et d'habitude 

  • Augmentation de la productivité du travail et du capital, innovation, numérisation 

  • Accès aux ressources naturelles 

  • Système monétaire et crédit 


L'Agence fédérale de l'environnement est arrivée à la conclusion suivante : il est plausible que les trois premiers points soient des moteurs de la croissance, même si cela ne peut pas être prouvé dans tous les cas selon des critères scientifiques stricts. En revanche, l'accès aux ressources naturelles n'a pas été considéré comme un moteur de croissance, du moins dans les économies bien développées. Il en va de même pour le système monétaire et le crédit. Celui-ci est certes nécessaire au bon fonctionnement (et à la croissance) de notre économie, mais il ne conduit pas en soi à la croissance.


Quelles seraient alors les approches pour couper l'herbe sous le pied de ces moteurs ? Il me semble peu judicieux de vouloir empêcher l'innovation et l'augmentation de la productivité. Mais il faudrait essayer d'empêcher l'augmentation des biens produits, qui suit presque toujours une augmentation de la productivité (voir également l'article de blog "Croître tout en consommant moins de ressources n'est guère possible"). Je considère qu'il est plus judicieux d'agir sur les objectifs et le comportement des entreprises ainsi que sur l'évolution de la consommation, là aussi dans le but d'empêcher une augmentation de la quantité de biens produits.


En ce qui concerne les entreprises, il existe plusieurs possibilités (pour plus de détails, voir l'article de blog "La pression de la croissance sur les entreprises") :  

  • Entreprises volontaires : définir, en plus des objectifs de rendement, des objectifs environnementaux et sociaux d'égale importance, aligner les systèmes de rémunération des employés sur ces objectifs, prendre en compte les coûts environnementaux externes dans la comptabilité de l'entreprise.  

  • Les institutions qui accordent des crédits : exiger le respect de certains critères environnementaux ou sociaux (critères ESG) ou appliquer une prime de risque pour les modèles d'entreprise potentiellement néfastes pour l'environnement.  

  • Législateur : introduire des exigences en matière de fonds propres fixées par la loi en fonction des risques. Plus le risque que représente une entreprise pour le climat et la biodiversité est important, plus le ratio minimal de fonds propres doit être élevé.  


En ce qui concerne l'évolution de la consommation, il existe toute une palette de mesures, qui vont des appels et des campagnes appelant à une consommation modérée aux prescriptions légales, en passant par les prix (taxes environnementales).


De même, l'Agence fédérale de l'environnement a analysé les principaux domaines dépendants de la croissance. L'emploi et les systèmes sociaux (en particulier l'assurance maladie et la prévoyance vieillesse) sont considérés comme particulièrement importants. Ces deux domaines sont essentiels pour la société ; l'objectif principal de toute économie nationale est de maintenir l'emploi à un niveau aussi élevé que possible et de pouvoir fournir des prestations d'assurance à long terme. Dans les circonstances actuelles - nous vivons de plus en plus vieux et investissons de plus en plus dans notre système de santé -, les assurances sociales au moins ont besoin de moyens supplémentaires et donc de croissance. Les modèles de temps pourraient être une alternative à cet égard : en tant que jeune, je m'engage pour le bien commun, par exemple dans le cadre d'un service civil, et je reçois un crédit-temps pour le temps investi. En contrepartie, je recevrai plus tard, à la retraite ou en cas de maladie, une prestation de soins gratuite d'une durée équivalente.


Ma conclusion :  

Premièrement, d'un point de vue environnemental, il vaut la peine de chercher des moyens pour que l'économie puisse fonctionner avec moins de croissance. Deuxièmement, nous devons réorganiser nos systèmes sociaux de manière à ce qu'ils puissent fournir des prestations adéquates à un nombre croissant de personnes, même sans ressources supplémentaires.



Le prochain article de blog sera publié en mars 2024. 



Conseil de lecture : dans le roman "Was wir hinterlassen" (Ce que nous laissons derrière nous") de Ion Karagounis, les protagonistes se disputent sur la question de savoir s'il est possible de limiter la croissance ou si la croissance est simplement la chose la plus naturelle du monde.  


Tous les articles précédents sur le blog

Comentários


bottom of page