Les limites de la planète

Qu’est-ce que sont les limites planétaires ?


L’utilisation que l’on fait des ressources naturelles exerce une grande pression sur notre environnement et pousse de nombreux écosystèmes à leurs limites. Étant donné le fait que nous ne saurions vivre sans ces écosystèmes - tels que l'air pur ou les sols fertiles – c’est notre propre avenir qui en danger. Le concept de limites planétaires (planetary boundaries) fait référence au champ d'action humain (voir graphique). En-deçà de ces neuf limites, les humains peuvent se déplacer et agir sans mettre en danger les systèmes environnementaux essentiels à leur survie. Une nature indemne et un environnement stable peuvent être ainsi garantis. Mais c’est sans compter sur le fait que quatre de ces neuf limites ont déjà été franchies, et parfois davantage à l’échelle régionale.


Que se passe-t-il lorsque l’on franchit une limite ?


Les limites planétaires indiquent certaines valeurs seuils. Lorsqu’elles sont dépassées, cela signifie que les écosystèmes ne peuvent plus se renouveler et se régénérer de façon normale. L'existence même des espèces - dont font partie les humains - est alors menacée et de graves bouleversements environnementaux sont causés. Dans de nombreuses régions, par exemple, l'agriculture nécessite des quantités excessives d'engrais. Lorsque ces derniers polluent les eaux, les poissons qui s’y trouvent en meurent ou sont forcés de migrer et quitter leur habitat.


Y a-t-il moyen de revenir en arrière ?


Cela dépend beaucoup de ce dont on parle précisément. Par exemple, l'interdiction des gaz CFC en 1989 a permis à la couche d'ozone de se reconstituer et au trou qu’on lui connait de se rétrécir régulièrement.

Dans certains processus, cependant, il y a ce que l'on appelle des points de basculement. Lorsque ce derniers sont dépassés, un changement soudain (au moins apparent) est déclenché qu’il est très difficile, voire impossible, d’empêcher. Si l’on prend l’exemple du permafrost, les sols en question ont stocké du méthane et du dioxyde de carbone pendant des milliers d'années. Lorsque le climat se réchauffe, ces sols dégèlent et, en quelques années, libèrent le méthane et le dioxyde de carbone stockés, exerçant par la même occasion une pression supplémentaire sur le climat. Même s'il faisait à nouveau froid et que ces sols en venaient à geler à nouveau, il faudrait à nouveau des milliers d’années pour qu’ils stockent une quantité de méthane et de dioxyde de carbone équivalente.




Pour approfondir sur le sujet :

🎥 Vidéos

📃 Articles, études et littérature

🎧 Podcasts


🎥 Johan Rockström, le scientifique à l'origine des limites de la capacité de charge planétaire, présente le Planetary Boundaries Framework au TED Global 2010

📃 Cette étude mandatée par l’Office fédéral de l’environnement présente une application des limites planétaires au niveau de la Suisse [« Limites et empreintes environnementales de la Suisse dérivées des limites planétaires », OFEV, 2015]

📃 Dans l'article « Planetary boundaries : Guiding human development on a changing planet », il est question de la nécessité et l’urgence d'un changement de paradigme

📃 L'étude « A safe operating space for humanity » examine l'importance d'identifier et de mesurer les limites planétaires afin que les activités humaines n'entraînent pas de changements environnementaux inacceptables

📃 L'étude « Doughnut economics. 7 Ways to Think Like a 21st Century Economist » si vous deviez construire une économie ayant pour fondement les objectifs à long terme de l'humanité

📃 L’étude « The Boundaries of the Planetary Boundary Framework: A Critical Appraisal of Approaches to Define a “Safe Operating Space” for Humanity » discute de façon critique le concept de limites planétaires

🎥 Dans cette discussion au WEF, Johan Rockström présente le concept de limites planétaires

📃 Consultez le site web du Stockholm Resilience Centre pour en savoir plus sur les frontières planétaires